Distribution. Pour le retour du contact humain en magasin.

21/05/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Un sondage a été réalisé par Via Voice/Equipmag qui porte sur "les attentes des consommateurs et les magasins de demain".

Deux grands chiffres ressortent qui peuvent paraître contradictoires :

  • 34 % des clients souhaitent avoir des magasins qui leur permettent de gagner du temps et de choisir plus rapidement. Ils mettent pour cela en avant tous les progrès technologiques qui les aident à préparer leurs courses (Internet, vidéos explicatives des produits...) et à trouver les produits en rayon plus rapidement (meubles intelligents - RFID - signalant les produits fétiches, les prix, les promotions...).
  • 62 % des shoppers citent l'accueil, le conseil et le contact humain comme 1er facteur incitatif à l'achat. Cette attente est encore plus marquée auprès de la population féminine (65 %) qui souhaite vivement l'humanisation des magasins.

Décryptage : Jusqu'à aujourd'hui, la praticité et la rapidité se sont toujours traduites en magasin par la mise en place de nouvelles technologies au détriment du service et du personnel (caisses automatiques, self scanning, bornes conseil...)

Si les technologies du futur semblent incontournables, le contact humain est à réinventer. A l'image du conseiller qui délivre le sac de courses au client du Drive, ce petit moment d'échange sur le choix des produits, sur les remplacements possibles en cas de ruptures sur certaines références, les produits proposés en test ou le petit cadeau ajouté au cabas peut ré-humaniser une démarche de shopping sur internet plutôt solitaire.

Espaces de détente avec des « animateurs » internet ?  Coin café bar intégré au magasin avec des serveurs ? Conseillers nutritionnels ? Démonstrations culinaires ?

Au-delà de cette enquête, l'arrivée de la génération des Baby boomers toujours plus nombreux et leurs attentes de services liées à l'avancée en âge confirmera la nécessité pour la distribution de faire muter ses pratiques.

A voir comment concilier le retour du service avec maintien des prix pour le consommateur et des marges pour le distributeur.

Sources

"Les clients hésitent entre la convivialité et la praticité ", LSA, 6 mai 2010.

Auteur Catherine Miniot, CCI Ille et Vilaine

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...