Renault Trucks : Une ligne expérimentale dédiée à la production de véhicules propres

21/05/2010 (modifié le 21 mai 2010)

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Depuis quelques temps, Renault Trucks a multiplié les annonces en matière de véhicules utilitaires propres. Ces dernières traduisent la volonté  de Renault Trucks de s'afficher comme un des pionniers du « camion écolo ». Dans cette perspective, le constructeur adopte une stratégie globale en considérant à la fois les champs de l'électrique, de l'hybride et du thermique.

Le déploiement annoncé du Maxity électrique

Le 05 mai dernier, Renault Trucks a remis les clefs du premier Maxity électrique commercialisé en France à l'entreprise Tafanel, spécialisée dans la livraison de boissons. Le Maxity, véhicule 100% électrique, a été conçu entre autre pour la livraison urbaine qui, par ses arrêts très fréquents est génératrices de nuisances importantes (bruit, émission de CO2, consommation importante de carburant). Doté de batteries lithium-ion, le Maxity dispose d'une autonomie de 110km et est donc tout à fait adapté à l'usage pour lequel il est conçu. Construit en coopération avec EDF et PVI(constructeurs de véhicules industriels et fournisseurs de chassis pour Renault Trucks), le Maxity a pu bénéficier du soutien déterminant des pouvoirs publics qui ont permis au Maxity de bénéficier d'une dérogation pour neutraliser le poids des batteries et permettre ainsi l'utilisation du seul permis B pour le conduire. Pour son Maxity, Renault Trucks est déjà en négociation avec une quinzaine de clients. L'objectif étant de voir rouler entre 10 et 30 unités en 2010 et poursuivre la voie de la commercialisation en 2011.

Une nouvelle ligne dédiée au développement et l'industrialisation des véhicules à énergie alternative


Le 07 avril 2010 a vu l'inauguration en grande pompe par Renault Trucks d'une ligne d'assemblage expérimentale nommée « Hybrides, Energies Alternatives et Développement » et implantée à Bourg-en-Bresse. Cette ligne de petite cadence et flexible a été conçue pour être représentative des procédés d'assemblage de véhicules à énergie alternative. Cette ligne sera la première dans le monde du poids lourd à permettre le développement et l'industrialisation des ces futurs véhicules industriels. Ce projet labellisé par le pôle de compétitivité Viaméca et qui représente un investissement de 10,5M€, a été pensé pour s'adapter aux diverses technologies que sont les nouveaux moteurs imposés par la nouvelle norme euro 6 et la motorisation hybride.

Dans les prochains mois, Renault Trucks et les partenaires de ce projet (ANCI, A+ Tourtellier Sytèmes, l'IFMA et l'ARTS) utiliseront ce dispositif industriel afin d'élaborer des modèles d'exploitation, d'organisation et d'éco-conception avant leur validation technique finale. Cette dernière sera effectuée par Renault Trucks par le biais de véhicules démonstrateurs annonçant les nouvelles gammes du constructeur.


Avec sa stratégie affichée de ne privilégier aucune technologie en particulier, Renault Trucks entend être en mesure de proposer le véhicule de demain en différenciant les usages. Le véhicule électrique type « Maxity » pour la logistique urbaine, le thermique et l'hybride pour les plus longs trajets. Cette stratégie pourrait permettre à Renault Trucks de conserver sa place de leader dans le véhicule industriel. Avec ce positionnement généraliste, le challenge pour Renault Trucks va être de mener simultanément plusieurs projets développant des technologies très différentes.

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.