IAA. La nutrition-santé en gestation.

20/05/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Dans l'univers de la nutrition, le cadre légal devient de plus en plus contraignant. Au niveau européen, les industriels (dont Danone...) sont en attente d'une clarification de la réglementation ; au niveau français, force est de constater l'échec du PNNS pour faire reculer l'obésité (en 2009, 3 millions d'adultes obèses en plus par rapport à 1997).

Les efforts déployés par les industriels et les distributeurs pour maintenir le cap-santé sont multiples :

  • ils améliorent la composition nutritionnelle, via des reformulations;
  • ils clarifient les messages pour guider les consommateurs, perdus au milieu d'une quantité pléthorique d'informations;
  • certains poursuivent malgré tout leur quête à l'homologation d'allégation («plus elles sont difficiles à obtenir plus elles auront de la valeur»);
  • D'autres enfin communiquent sur les efforts réalisés via des logos ou la signature de chartes d'engagement nutritionnel auprès du ministère de la santé.

A chacun sa méthode...

Décryptage : Si la santé a pris une place importante dans les processus d'innovation, la France affiche un vrai déficit en matière d'éducation nutritionnelle. Refusant contraintes et privations, les Français attendent des éléments simples qui les guident dans leur choix et les aident à se contrôler. Or selon  l'étude de l'Observatoire de la qualité de l'alimentation (Oqali), les étiquetages nutritionnels restent hétérogènes. Le niveau d'information varie selon les gammes de prix, les segments de marché (marque nationale, MDD, hard discount), voire au sein d'une même famille d'aliments.

Place donc aux informations nutritionnelles claires, aux doses caloriques comparables ou aux ingrédients naturels « nutritionnellement corrects » qui rassurent le consommateur et lui permettent d'assurer ses propres arbitrages.

Sources

"La nutrition en chantier", LSA, 29 avril 2010

Auteur Stéphanie Le Donge, CCI Ille et Vilaine

A lire également

Crème glacée et diététique ne sont plus antinomiques… La gourmandise sans culpabilité.

Le 27/03/2017

En Europe la décision est prise quant à l'étiquetage nutritionnel mais elle ne fait pas l'unanimité… Chez Halo Top pas de code couleur mais un nombre, occupant une place majeure sur le pack : celui de la valeur énergétique. Pas de complexes pour cette marque de crèmes glacées qui annonce fièrement, en front-pack, le nombre de calories par pot.

Snacking sain : et si la solution passait par des offres personnalisées ?

Le 23/03/2017

Le snacking continue de performer et les préoccupations santé constituent un réel moteur d'innovation sur le segment. Alors que le sujet de la nutrition personnalisée apparait comme une solution prometteuse pour résoudre la difficile équation de la gestion du poids et autres paramètres de santé, l'offre snacking pourrait bien s'en inspirer….

Free-from : ces marques alimentaires qui prônent le "non".

Le 21/02/2017

Portés par les attentes de santé et de naturalité, les produits "sans" continuent de remporter les faveurs des consommateurs. Et les marques se positionnent de manière de plus en plus affirmée sur le segment, revendiquant un "Non" assumé. Illustration par deux exemples : les biscuits apéritifs "Say Yes to No" et les eaux aromatisées "No&More".