Plan National Véhicule Décarboné : publication de l'appel d'offres pour l'achat de 50 000 véhicules

04/05/2010 (modifié le 4 mai 2010)

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Peu de temps après l'annonce du gouvernement d'actions concrètes pour le déploiement du Plan Véhicule Décarboné telles que l'implication de villes pilotes pour le déploiement d'infrastructures de recharge ou encore la confirmation du super bonus à l'achat de véhicules "verts" (cf. Rennes dans la course pour le plan véhicule décarboné) l'appel d'offres pour l'achat groupé de 50 000 véhicules électriques vient d'être publié.

Plus précisémment, c'est un "dialogue compétitif" qui vient d'être lancé. Contrairement à l'appel d'offre qui nécessite un cahier des charges précis, notamment sur les aspects techniques du produit souhaité, le "dialogue compétitif" autorise un échange avec chacun des candidats afin qu'ils puissent tous présenter les modalités techniques de leur offre, les services associés comme l'après vente etc. Cela montre par ailleurs qu'aucune technologie n'est privilégiée. On peut donc imaginer que les véhicules Bolloré avec ses batteries Lithium Métal Polymère soient en concurrence avec BYD et ses batteries Lithium Ion Phosphate de Fer .

Trois lots ont été déterminés pour ce premier appel d'offre :

  • une fourgonnette disposant d'un volume de chargement de 3 m3,
  • un véhicule compact deux places avec environ 1m3 de chargement,
  • un véhicule particulier de 4 à 5 places

Premiers critères discriminants, les véhicules devront :

  • disposer d'une autonomie de 150 km,
  • être capable de rouler à 110 km/h, au maximum de leur charge utile,
  • et le constructeur devra assurer une maintenance sur l'ensemble du territoire métropolitain.

Pour chacun de ses lots, un seul constructeur sera retenu. A noter, la procédure impose un engagement minimum de 23 000 véhicules sur les trois lots mais la Poste, chef de file de ce groupement d'achat, estime pour elle seule un achat de 10 000 véhicules et l'Ugap estime celui de l'Etat et des collectivités locales à 15 000 véhicules.

Les discussions autour de ce dialogue compétitif vont durer une année, au terme de laquelle les constructeurs fourniront à l'Ugap, centrale d'achat publique, un véhicule de test. Les commandes seront ensuite effectuées au 2ème semestre 2011.

1 milliard d'euros, c'est ce que coûtera l'opération, sur la durée totale des marchés, soit 4 ans, et ce si l'on considère que les 50 000 véhicules seront commandés pour un coût moyen de 20 000 euros par véhicule.

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.