Distribution. L'Eau vive : un concept coloré pour consommer bio.

30/04/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Principalement implantée dans la région Rhône Alpes avec 18 points de vente, l'enseigne Eau Vive (vente de produits bio) ouvre un nouveau magasin en Seine et Marne. L'enseigne se distingue par un merchansising novateur et coloré. Chaque espace est identifié par un code couleur : espace frais en bleu, surgelé en blanc, cave à vins en rouge bordeau, épicerie en orange, pôle bien être en violet, espace lecture en vert et hygiène et entretien de la maison à nouveau en blanc.

Avec des meubles bas et un espace ouvert, le consommateur visualise rapidement toutes les catégories. Le mobilier est en imitation bois et des spots à faible puissance donnent une ambiance tamisée et cosy. L'espace fraîcheur propose entre 50 et 60 références en fruits et légumes mises en avant par un luminaire suspendu.

 Eau vive fraicheur             Eau vive linéaires

Décryptage : Avec des prévisions de croissance toujours fortes jusqu'en 2012 (entre 8 % et 12 %), le bio offre des perspectives de développement importantes aux enseignes spécialisées.

Pour autant, cette croissance est portée par des consommateurs aux profils de plus en plus variés qui adhèrent progressivement à ces valeurs nouvelles du développement durable "bon pour la santé".

La distribution doit donc sortir de ses codes initiaux sur les produits bio qui ne nécessitaient aucune théatralisation puisqu'ils se vendaient pour ce qu'ils étaient intrinsèquement. Le bon peut aussi devenir beau. Ce type de concept permet au consommateur d'ajouter le plaisir de l'acte d'achat à l'objet même de l'achat. Un manière d'ouvrir un peu plus la consommatuion bio à des acheteurs potentiels qui ne demandent qu'à être convertis.

Reste à voir quel est l'impact d'une telle montée en gamme de la distribution sur le prix du bio déjà souvent stigmatisé sur son différentiel élevé par rapport aux produits non bio.

Sources

"L'Eau Vive joue le bio en Technicolor", LSA, 9 avril 2010.

Auteur Catherine Miniot, CCI Ille et Vilaine

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...