Le salon automobile de Pékin : Théâtre d’un marché chinois en plein boom

02/05/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

En devenant l'an dernier le premier marché mondial en matière de ventes d'automobiles, la Chine est désormais un terrain de jeu incontournable pour tous les constructeurs. Avec 76% d'augmentation des ventes au premier trimestre 2010 et 13 millions de véhicules vendus l'an dernier, le marché automobile chinois est en passe de battre tous les records. Le salon de l'automobile de Pékin qui se déroulait cette semaine est l'occasion de faire le point sur les perspectives d'évolution du marché, l'implication des différents constructeurs et l'émergence des véhicules « faibles émissions ».

Le marché chinois : lieu d'investissement des constructeurs internationaux

Le salon de Pékin édition 2010, c'est plus de 1000 modèles présentés et 89 lancements mondiaux. C'est aussi l'occasion pour les constructeurs internationaux dans un contexte de morosité européenne et américaine de se positionner face à leurs homologues chinois qui occupent désormais 32% du marché. Ainsi, l'américain General Motors, le leader du marché, tous véhicules confondus, compte désormais dépasser les 2 millions de ventes en Chine cette année et les 3 millions de véhicules en 2015, soit dix ans avant ses prévisions initiales. L'allemand VW, premier sur les voitures pour particuliers, va quant à lui investir 4,4 milliards d'euros en Chine d'ici à 2012. Dans de nouveaux produits, mais aussi de nouvelles usines. De son côté, Nissan qui détient actuellement 6,7% du marché chinois vise le chiffre de 10 % dans les années à venir, «ce qui signifierait 2 millions de ventes, explique Carlos Ghosn, et nous obligerait à plus que doubler notre capacité de production ».

Le segment « haut de gamme » tire son épingle du jeu

Du côté des véhicules haut de gamme, la tendance est aussi à la hausse. La Chine compte en 2010 de nombreux jeunes milliardaires qui sont devenus très friands des véhicules « premium ». Cette tendance semble avoir été bien comprise par les constructeurs comme Citroën qui a dévoilé le 18 avril dernier sa « Metropolis », concept car haut de gamme destiné au marché chinois et qui constitue la première Citroën conçue à 100% par les équipes du centre R&D de Shangaï. Les constructeurs allemands leaders sur ce segment ne sont pas en reste. BMW vient d'annoncer le doublement de ses ventes au premier trimestre sur le marché chinois ainsi que sa volonté d'accroitre fortement les capacités de production de son usine de Da Dong pour y fabriquer la nouvelle berline série 5. De son côté, Volkswagen a profité du salon de Pékin pour proposer une version « lifté » de sa grande limousine "Phaeton" lancée en 2002. Enfin Daimler s'est présenté au salon avec la volonté de mettre l'accent sur les limousines robustes. C'est donc avec un stand plus vaste que jamais et 38 modèles que Daimler a débarqué au salon en début de semaine.

Le développement des constructeurs chinois

Même s'ils sont aujourd'hui absents du segment « haut de gamme » et se concentrent sur les petites voitures à bas coûts, les constructeurs chinois gagnent peu à peu du terrain. Aujourd'hui évaluée à 32%, leur part de marché pourrait s'établir à 37% d'ici 2015. Les constructeurs internationaux auront donc tout intérêt s'ils veulent s'imposer durablement sur le marché chinois à conserver un œil attentif sur les principaux constructeurs locaux que sont Geely, BYD et SAIC.

La place du véhicule "propre" en Chine : une prise de conscience nécessaire et un gouvernement décidé à œuvrer

Avec 95 modèles hybrides et/ou électriques sur 1000 modèles exposés, le véhicule « faibles émissions » constitue une autre tendance majeure du salon de Pékin. Il est intéressant de noter que la majorité des constructeurs chinois ont présenté des véhicules hybrides et électriques. Si on ne peut que se réjouir de voir la Chine s'impliquer dans la question de la mobilité durable, on peut avoir tout de même quelques interrogations sur la motivation des constructeurs quand on sait qu'il s'est vendu seulement 4000 voitures hybrides l'an passé en Chine. Ce faible engouement pour les voitures hybrides s'explique sans doute en partie par le fait que la quasi totalité des ventes de voitures neuves en Chine correspond à une première acquisition. En situation de premier achat, l'association automobile thermique et impact environnemental est sans doute moins naturelle. Malgré tout, la Chine semble décidée à réduire sa consommation et sa dépendance énergétique ainsi que ses problèmes de pollution qui risquent de s'accentuer avec la multiplication des automobiles. Le gouvernement chinois a prévu de mettre en place une politique d'aides gouvernementales afin de favoriser les ventes de véhicules « propres » dans les prochaines années. Les montants de ces aides n'ont pas encore été fixés.

Avec 43 automobiles pour 1000 habitants en 2010, la Chine reste bien loin des 600 automobiles pour 1000 habitants de ses voisins européens. Le marché chinois connaîtra donc une longue période de croissance. On parle de 17 millions de véhicules vendus sur un an en 2014. Les principaux enjeux de cette croissance seront d'une part la bataille que se livreront les différents constructeurs et la progression des parts de marché des constructeurs chinois. Autre enjeu et pas des moindres, la démocratisation du véhicule propre face à la croissance inéluctable de la pollution et du coût des carburants. Enfin, la question des infrastructures routières sera aussi cruciale, de nombreuses grandes villes chinoises devant déjà faire face à de sérieux problèmes d'embouteillages.

A lire également

[INFOGRAPHIE] Marché automobile mondial 2016 : un marché US bientôt relégué par la Chine et l'Europe ?

Le 12/05/2017

Retrouvez l'infographie complète du marché de l'automobile mondial 2016

Voiture connectée : ZOOM sur Intel et le rachat de Mobileye

Le 17/03/2017

La voiture connectée ou voiture semi-autonome est le fruit de la collaboration des équipementiers, des compagnies de cartographie, du constructeur. Qui a ou aura le pouvoir ? Qui sera l'acteur central de ce marché ? Regardons l'impact du rachat de Mobileye par Intel dans l'environnement de la voiture connectée.

Voiture connectée : qui gagnera la bataille ? Cartographie ? ADAS ? Constructeurs ? - ZOOM sur Mobileye & HERE

Le 10/03/2017

La voiture connectée ou voiture semi-autonome est le fruit de la collaboration des équipementiers, des compagnies de cartographie, du constructeur. Qui a ou aura le pouvoir ? Qui sera l'acteur central de ce marché ? Regardons les liens tissés par Here, pour la cartographie, et Mobileye, pour la capture de l'environnement du véhicule.