La Chine et le Brésil, priorités pour PSA

07/05/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Philippe Varin, PDG de PSA, a plusieurs fois indiqué que son groupe n'était pas assez présent sur les marchés en développement. Dans une perpective de croissance mondiale forte exclusivement localisée dans les pays en développement (multiplication par 3 d'ici 2020, par 5 d'ici 2050), être présent dans ces zones de croissance est en effet indispensable. Deux régions sont en particulier visées : l'Amérique latine et la Chine concentrent des investissements importants du groupe.

Après être devenu le premier marché mondial en 2009, la Chine a vu ses ventes de véhicules particuliers croitre de 54% au premier trimestre 2010 ! Seulement 9% des ménages chinois sont équipés d'une voiture. A titre de comparaison, le taux est de 83% en France. Le marché chinois représente aujourd'hui 30 millions de véhicules, et devrait en représenter entre 135 et 145 millions d'ici 2020 selon les autorités chinoises avec une croissance moyenne de 9% par an. Autre pays en développement, le Brésil, qui a quant à lui connu une croissance de plus de 12% en 2009.

Dans ces deux pays, PSA renforce sa présence :

  • Pour le Brésil, le groupe vient d'annoncer un investissement de 530 millions d'Euros dans ses activités afin de développer de nouveaux modèles spécifiques aux attentes locales (lancement en 2010 d'un pick up compact Peugeot et d'une version surélevée, dite MPV, du C3 Picasso Citroën), ainsi que de nouveaux moteurs. Cet investissement servira également à augmenter d'ici 2012 les capacités de production.
  • En Chine, PSA détient 3,3 % des parts de marché via un partenariat avec Dongfeng Motors depuis 10 ans. Le groupe vise une part de marché de 8 à 10% à l'horizon 2020 et prévoit pour y parvenir de lancer un modèle spécifique à ce marché tous les ans. PSA compte pour cela s'appuyer sur son centre d'étude basé dans le pays (CTC : China Tech Center) qui emploi 300 ingénieurs dont 95% de chinois; le premier véhicule conçu à 100% par ces équipes de développement situé à Shangai a été présenté au salon de Pekin : Métropolis, un concept car de luxe avec une motorisation hybride rechargeable. Par ailleurs, après avoir augmenté les capacités de production de son usine à Wuhan, PSA est aujourd'hui en discussion avec un autre partenaire potentiel, Changan Automobile, qui lui permettrait d'accroître ses perspectives de production en Chine.

Pour les constructeurs, la présence mondiale et en particulier dans les zones de forte croissance est plus que jamais un enjeu stratégique. Cette mondialisation déplace par conséquent les investissements industriels vers ces zones, mais également les centres de développement afin de "personnaliser" les plateformes véhicules aux besoins locaux.

 

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.