Distribution : La proximité, une tendance incontournable du commerce de demain.

20/04/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Les consommateurs sont en perte de confiance et tendent à bouder les grandes surfaces.

Alors, si le client ne vient pas à soi, autant venir à lui... L'année 2009 a donc vu le grand retour de la proximité, déclinée sous plusieurs formes.

- Les « convenience store », initiés par Monop'. La majorité des enseignes développe ces nouveaux concepts de centre ville qui traduisent la mutation de l'hyperchoix vers l'hyperproximité.

- Les chocolatiers, épiceries fines et cavistes fleurissent au coeur des villes. Vendeurs de plaisir et de réconfort, les Français plébiscitent ce type de produits en période de restriction. Si la crise a engendré une baisse de fréquentation en CHR, en contrepartie les invitations à domicile progressent. Le plaisir gustatif est alors particulièrement valorisé (étude CREDOC 2009), la gastronomie demeurant une valeur forte chez nos concitoyens.

- Les boutiques éphémères, à l'instar de la Table à Desserts de Nestlé, font également leur apparition. Inspirées des ventes flash sur Internet, elles permettent de recréer du lien avec le consommateur. Il s'agit d'investir pour quelques semaines (maximum 2 mois), un local vide en y créant une offre restreinte (dans le temps, dans l'espace et dans les quantités).

Décryptage :

Les grandes surfaces n'attirent plus les consommateurs (CA en baisse de 3% pour les hypermarchés, de 2% pour les supermarchés). De « lieux de plaisir » elles sont devenues « lieu de danger », notamment pour le porte-monnaie : 63% des Français estiment que faire les courses est une corvée...

Si le climat de défiance est manifeste, le consommateur veut pourtant toujours consommer. Le shopper version 2010 cherche à gagner du temps mais ne sacrifie pas le plaisir ; il est en quête du « bon » sous toutes ses formes : bon pour le goût, pour la santé, pour le porte-feuille, pour la planète...

Les enseignes comme les marques doivent donc se réinventer pour « survivre » :

  • Les enseignes adoptent des partis pris radicaux, renforcent la connivence avec leurs clients ;
  • Les marques cherchent à créer du «buzz » pour surprendre le consommateur et générer de l'image (donc du chiffre d'affaires).
Sources

"Le retour de la distribution alimentaire en centre-ville", Commerce Magazine, guide des réseaux 2010. "La gastronomie, valeur refuge des consommateurs", Commerce Magazine, guide des réseaux 2010. "Nestlé donne vie à sa table à desserts"

Auteur Stéphanie Le Donge, CCI Ille et Vilaine

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...