La Leaf de Nissan : le premier véhicule tout électrique produit à grande échelle

16/04/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

En souhaitant faire de la Leaf le premier véhicule à zéro émission abordable pour le marché de masse, Nissan se positionne en pionnier sur le marché du « tout électrique ». La production de la Leaf débutera dans le courant de l'année à Oppama (Japon) puis aux Etats-Unis en 2012 et en Europe à Sunderland (Angletterre) durant l'année 2013. Commercialisée à partir de décembre 2010 au Japon et quelques mois plus tard chez les concessionnaires européens et nord-américains, la Leaf semble prendre ses distances par rapport à ses concurrentes.

Dotée d'un moteur de 80kw pour une autonomie de 160km, la Leaf est en accord avec les dernières avancées technologiques en matière de « tout électrique ». Elle se distingue par son prix qui, s'il reste supérieur aux véhicules thermiques de gamme similaire, apparaît très compétitif dès que l'on pousse la comparaison à d'autres véhicules électriques. Disponible en décembre au Japon au prix de 30 000 euros (avant déduction de 6000 euros des aides gouvernementales), la Leaf distance largement la Mitsubishi iMiEV plus petite en taille et dont le prix avoisine les 34 000 euros.

Afin d'accompagner le déploiement de la Leaf, Nissan a en parallèle mis au point une borne de recharge rapide qui sera dans un premier temps installée dans 200 points de vente au Japon. Ces bornes viennent compléter les dispositifs de recharge à domicile qui sont compris dans l'achat de la Leaf  et qui permettent de recharger le véhicule en 8 heures via une prise classique. Les bornes de recharge rapide seront disposées tous les 40km dans l'ensemble du pays. D'une puissance max de 50kW, la borne de Nissan sera capable de recharger les batteries de la Leaf à 80% de leur capacité en 30 min. Il est intéressant de noter que les spécifications de ces bornes sont en accord avec celles du consortium CHAdeMO crée en mars 2010.

Le but de CHAdeMO qui regroupe les principaux constructeurs nippons et des fournisseurs d'électricité est de permettre la standardisation et la multiplication des stations de recharge via l'utilisation d'une nouvelle norme commune. En adhérant à cette alliance Nissan paraît avoir bien compris l'importance de la généralisation et de la simplicité d'utilisation des stations de recharge dans l'adoption du véhicule électrique.

En combinant précocité, compétitivité, habitabilité et standardisation de la recharge, Nissan semble donc avec la Leaf avoir réuni les conditions d'un succès qu'il sera intéressant de suivre dans les prochains mois.

 

A lire également

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.