Les enjeux de la logistique urbaine

16/04/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

La conférence organisée par Novencie le 7 avril dernier a été l'occasion de relever un certain nombre de tendances et d'enjeux de développement sur le marché de la logistique urbaine.

Qu'entend-t-on par logistique urbaine ? Celle-ci concerne le traitement des flux de marchandises en ville intègrant donc également les flux réalisés par les particuliers avec leur automobile qui représentent aujourd'hui 50 % du total.

Depuis 40 ans, le modèle de distribution s'est organisé autour de l'approvisionnement d'hyper-marchés péri-urbains via des entrepôts, la massification de flux tendus étant l'outil principal de la performance économique et de prix bas dans les hypers. Aujourd'hui, plusieurs évolutions sociologiques indiquent que ce système va devoir évoluer :

  • Le vieillissement de la population. Les séniors ont tendance à rejoindre la ville après la retraite et sont en demande de services à domicile. La suède a démontré que l'investissement dans l'amélioration de la logistique urbaine, notamment pour les livraisons à domicile, permettait de retarder le départ des séniors en maison de retraite, diminuant ainsi les dépenses de santé.
  • L'apprentissage d'internet par les plus jeunes générations va entrainer dans les prochaines années une forte augmentation de la pratique du e-commerce.
  • Les couples bi-actifs urbains sont plus nombreux et sont demandeurs de e-commerce.
  • La réhabilitation du commerce de proximité, déjà pris en compte par les distributeurs et les franchises qui se ré-approprient la ville (exemple Carrefour City)

Ce besoin de distribution vers le particulier modifie le modèle logistique dominant vers un autre non plus axé sur la massification de flux tendus, mais la livraison de particuliers dans le respect strict d'une fenêtre de livraison, le délai devenant moins important que le respect de cette fenêtre. La réponse à cette demande de livraison urbaine risque d'aboutir à une impasse si chaque opérateur développe son propre service de livraison. Un tel afflux logistique à l'intérieur des villes va très vite se heurter à l'accroissement de la congestion du traffic et à l'impossibilité de respecter les fenêtres de livraisons.

De l'avis des intervenants, l'organisation d'un système de planification des livraisons urbaines par les collectivités va vite se réveler nécessaire pour mutualer la distribution entre les différents acteurs. Cette organisation existe à Monaco, où pour préserver les habitants et les touristes du désagrément d'une ville saturée par les camions, la collectivité a imposé le passage dans un entrepôt à l'extérieur de la ville en organisant un service de messagerie unique pour la livraison du dernier kilomètre en centre ville.

Cette nouvelle organisation est de nature à répondre aux enjeux de décongestion des centres villes mais supposera des coopérations entre acteurs sur une fonction logistique aujourd'hui source de différentiation concurrentielle et permettant à chaque acteur de maintenir un contact avec son client.

Face à ces évolutions d'organisation de la logistique du dernier kilomètre, les acteurs fabricants de véhicules ont également des enjeux à relever : prise en compte de la diversité des marchandises à livrer (demande de véhicule bi température, tri température par exemple), intégration de véhicules électriques, utilisation des TIC pour l'optimisation des parcours... 

 

A lire également

2017 : Le GNV, Gaz Naturel pour Véhicules, passe la première !

Le 19/01/2018

2017 a vu de belles annonces. Nombres de signaux démontrent un engouement des entreprises et transporteurs pour la solution GNV, Gaz Naturel pour Véhicules. La structuration de cette filière progresse en France. Petite rétrospective.

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.