Cloud Computing, ASS : une forte attente de paiement à l’usage

Le 23 avril 2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le cloud computing et le suffixe ASS (As a Service) constituent des innovations services dans l''univers des entreprises des TIC et révèlent surtout une forte attente de paiement des services à l'usage par les clients.

Le Cloud Computing associe trois notions d’applications informatiques : le SaaS, le PaaS et le IaSS.

  • le SaaS (Software as a Service) est une offre informatique prête à l’emploi accessible sur le Web. Le client utilise le service et ne s’occupe plus des moyens techniques : ni de l’hébergement, ni de la version logicielle, ni des codes sources.
  •  le PaaS (Plate-form as a Service) est une offre de plate-forme informatique où l’utilisateur développe (ou fait développer) une application informatique. L’infrastructure et le dimensionnement de celle-ci n’apparaissent plus.Google et Amazon ont des offres de cette nature ; les entreprises lyonnaises Inès ou l’entreprise rennaise Blue Kangoo également. 
  • Le IaaS (Infrastructure as a Service) : correspond à la puissance de calcul et de stockage. L’utilisateur  loue l’application à la demande ainsi que les services associés.

Une innovation services

Par sa performance technique, le cloud computing modifie la relation à l’informatique :

  • L’utilisateur s’affranchit du paiement d’un droit d’utilisation (la licence logicielle), d’un droit d’accès à  un serveur, d’un droit à un  hébergement et de journées d’intégration auprès d’un prestataire informatique. Il  paie désormais un service.
  • Outre la recherche d’un prix, celui-ci dispose d’une offre de location à l’usage, des services associés plutôt haut de gamme et un pilotage de l’infrastructure sous le format  web. Les services à la demande répondent à une attente d’accélérer la fourniture de fonctions aux utilisateurs tout en réduisant les coûts de mise en œuvre.
  • L’innovation repose également sur une tendance au « Do it yourself » c'est-à-dire de faire-faire au client-utilisateur de plus en plus de tâches simplifiées comme la configuration des applications. Tous les moyens mis en œuvre sont a priori  plus simples. 

Une facturation à l’usage

  • Même si l’engagement de résultat permis par le cloud se limite aujourd’hui à des capacités de débit informatique et de disponibilité globale du réseau, le contrat de service associé à  une facturation à l’usage réel constitue une  tendance de fond et correspond à une attente forte des clients.
  • La notion de résultat de services prendra alors le pas sur les moyens et sur la valeur perçue par le client–utilisateur.      

A lire également

« Mes courses pour la planète » édition 2015, l'observatoire de la consommation responsable

Le 21/10/2015

A l'initiative de l’agence d’information Graines de Changement, cet observatoire de la consommation responsable 2015 fait un état des lieux sur cette consommation responsable en France avec mise en exergue des chiffres clés, tendances et évolutions...

La consommation alternative se cherche

Le 12/10/2015

Les usages alternatifs à la consommation courante semblent séduire les français, mais le nombre des utilisateurs tend a augmenter modérément depuis cinq ans.

Vente en ligne : poids économique et stratégies des acteurs

Le 10/06/2015

L'Insee a mené une enquête auprès des entreprises de plus de 10 personnes proposant la vente de produits ou de services via Internet. Les résultats montrent à la fois l'importance croissante de cette activité en France et les principales tendances de l'offre proposée par les acteurs de la vente en ligne.