Distribution : Le Halal sort-il de sa niche ?

01/04/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Dans un paysage commercial nettement dominé par la GMS, la distribution de produits Halal fait encore exception : elle bénéficie d'un réseau de boucheries traditionnelles qui proposent, outre la viande, une offre complémentaire en épicerie et en fruits et légumes.

Hal'shop a investi ce marché le mois dernier à Nanterre : décoration chic et sobre, assortiment plus large que celui des boucheries traditionnelles, en phase avec des tendances comme le « snacking » ou le « géo ». L'enseigne cible les musulmans de classe moyenne, plutôt jeunes actifs.

Petit bémol quant à l'approvisionnement : le fondateur a recours à des fournisseurs de neuf pays différents.

Décryptage : Avec 5 millions de consommateurs et une progression de 10% par an, le marché Halal en France pèse 4,5 milliards d'euros en 2009 sur l'ensemble des réseaux de distribution, excepté la RHD (estimations faites par le cabinet Solis en 2009).

La consommation de produits Halal est essentiellement portée par les jeunes musulmans : 56,3% des acheteurs ont moins de 40 ans (source : cabinet Solis) ; ils revendiquent de consommer comme les autres mais... de manière Halal. Si les viandes et les charcuteries de volaille constituent aujourd'hui les piliers de l'offre et de la consommation, l'avenir pourrait donc passer par le développement de plats cuisinés ou autres produits plus éloignés de la viande. Hal'shop répond parfaitement aux attentes de ces jeunes actifs musulmans : l'enseigne occupe le créneau de la modernité avec une offre plus séduisante et plus théatralisée qu'en GMS.

Mais ce type de magasin va-t-il attirer des consommateurs non-musulmans qui voient parfois dans le Halal des produits plus riches en goût. Dans la perspective d'une certification Européenne envisagée d'ici quatre à cinq ans, transparence du label oblige, le mode d'abattage devra être mis en avant. Apparaîtra alors une possible antinomie entre cet abattage rituel et les attentes des consommateurs en terme de bien-être animal.

A noter, une initiative similaire : le supermarché Baker Market à Saint Herblain (44) puis bientôt à Kercado ou Ménimur, près de Vannes (56).

Sources

"Hal'shop, le halal moderne", LSA, 25 mars 2010.

Auteur Stéphanie Le Donge, CCI Ille et Vilaine

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...