RHD. Entre co-location et maison de retraite

26/03/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Trois femmes à l'origine de ce concept innovant : une maison pour accueillir des retraitées qui ne veulent plus vivre seules sans pour autant aller en maison de retraite. Ce lieu de vie regroupera d'ici 2012, 19 studios de 35 m2 et des espaces collectifs à partager : bibliothèque, laverie, ateliers...

L'innovation porte principalement sur le concept de restauration. Les résidentes prendront un repas hebdomadaire collectif permettant de garder un lien social et un moment de partage. Chacune, à tour de rôle, participera à l'élaboration des menus et à la réalisation de la cuisine.

L'intérêt de la formule est le partage des savoirs culinaires et la mixité culturelle. En s'appuyant sur les multiples nationalités représentées sur la commune, la cuisine permettra la découverte de nouvelles saveurs et le maintien du plaisir, de la curiosité et de la mémoire alimentaire.

En ajoutant à ce concept un réseau d'approvisionnement privilégiant les AMAP et les produits biologiques, la maison de Babayagas s'inscrit dans une démarche de développement durable.

Décryptage : Au regard des données INSEE actualisées sur la répartition de la population et les projections à horizon 2050 (Cf tableaux ci dessous), les capacités d'accueil en maisons de retraite (684000 places aujourd'hui) deviendront un enjeu crucial dans les années à venir.

Si on ajoute à cet éclairage factuel le souhait des seniors encore autonomes de prolonger autant que possible leur indépendance, voici là une initiative intéressante.

Chaque résident est impliqué et responsabilisé dans son apport à la collectivité pour le bien être de tous. Une manière de garder le respect de soi par la reconnaissance par les autres de son rôle social.

Entre maintien et aides à domicile, environnements sécurisés et domotisés, maisons de retraite, la maison de Babayagas présente un positionnement intermédiaire entre vie solitaire et vie collective. A voir si cette initiative fera d'autres émules...

Répartition par sexe et âge de la population au 1er janvier 2010

 
      
   

en %

  
 

Femmes

Hommes

Ensemble

  

Moins de 15 ans

17,4

19,3

18,3

  

15-24 ans

11,9

13,1

12,5

  

25-34 ans

12,1

12,7

12,4

  

35-44 ans

13,5

14,2

13,8

  

45-54 ans

13,5

13,7

13,6

  

55-64 ans

12,5

12,6

12,6

  

65-74 ans

8,2

7,6

7,9

  

75 ans ou plus

10,9

6,8

8,9

  

Ensemble

100,0

100,0

100,0

  

Champ : France métropolitaine

    

Source : Insee, estimations de population (résultats provisoires arrêtés fin 2009).

Projection de population à l'horizon 2050 et structure par âge  (mise à jour en février 2010)

      
     

en %

Population
au 1er janvier
(en millions)

Moins de
20 ans

20 ans à
59 ans

60 ans à
74 ans

75 ans
ou plus

2015

63,7

24,0

51,4

15,5

9,1

2020

65,0

23,7

50,1

17,1

9,1

2025

66,1

23,1

49,0

17,4

10,5

2030

67,2

22,6

48,1

17,3

12,0

2035

68,2

22,2

47,2

17,3

13,3

2040

69,0

22,1

46,9

16,7

14,3

2045

69,6

22,0

46,4

16,6

15,0

2050

70,0

21,9

46,2

16,3

15,6

Champ : France métropolitaine.

Source : Insee, projections de population 2005-2050.

Sources

"La maison de Babayagas", La Cuisine Collective, Mars 2010.

Auteur Catherine Miniot, CCI Ille et Vilaine

A lire également

Innover sur le segment de la minceur : Coca-cola Plus, le brûleur de graisses ?

Le 18/05/2017

Partout dans le monde, les politiques font la chasse aux calories, accusant divers produits, dont les sodas, de l’épidémie d'obésité. Charge aux industriels d'être proactifs et, avant toute coercition, de s'adapter tantôt par des stratégies de reformulation, tantôt par des actions de communication ou d'éducation nutritionnelle. Cas de la minceur...

Les nouvelles recommandations Anses, des impacts en IAA ?

Le 27/04/2017

L'Anses a publié les nouvelles recommandations nutritionnelles en terme de santé publique. De nouvelles catégories d’aliments, des contaminants alimentaires repérés et des habitudes alimentaires observées déterminent des objectifs de fréquence et de portions de consommation. Ces nouveaux repères ne seront pas sans conséquence pour le foodservice.

Eaux de bouleau, d'érable, de bambou... Les stars des eaux santé !

Le 20/04/2017

Après l'eau de coco, de nouvelles eaux surfent sur la vague naturelle voire élémentaire. Utilisées depuis des millénaires à des fins médicinales, les eaux de bouleau, d'érable et de bambou apparaissent en grande consommation. Sur quelles promesses marketing s'appuient les marques pour investir le secteur boisson ?