Electromobilité : l'Espagne choisit 3 villes pilotes

25/03/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Début 2009, l’Etat espagnol débloque une enveloppe de 800 millions d’euros pour soutenir sa filière automobile. En reprenant la présidence de l’Europe le 1er janvier, l’Espagne place le dossier « automobile » en tête des priorités. Mais les régions espagnoles ne restent pas les bras croisés et de nombreuses métropoles ibériques ont engagé des projets de développement du véhicule électrique.

Dans le cadre du projet Movele (visant la réduction des gaz à effet de serre), le ministère de l’industrie espagnol a décidé de donner un coup de pouce de 10 millions d’€ pour faciliter l’essor en milieu urbain de véhicules zéro émission. Le projet financera l’achat de 2000 voitures électriques et l’implantation de 500 bornes de recharge. Trois villes sont retenues pour tester en situation réelle ces nouveaux véhicules : Séville, Madrid et Barcelone. Ce développement se fera en partenariat avec le groupe Renault Nissan, qui a prévu de fabriquer ces voitures électriques à Valladolid, dont la Twizy Z.E. Concept (véhicule biplace urbain 100% électrique)

Séville doit accueillir 500 véhicules électriques et 75 bornes de recharges, qui seront installées en priorité dans les centres commerciaux et les immeubles de bureaux. Il est également prévu 3 centres de recharge rapide conçus par la société Better Place (partenaire de Renault Nissan au Etats Unis).

Madrid accueille déjà une vingtaine de mini bus électrique depuis 2007, mais compte développer son réseau de points de recharges, notamment en transformant ses anciennes cabines téléphoniques en bornes de recharge. La ville prévoit également de réserver des parkings aux véhicules zéro émission. Parallèlement, la capitale espagnole a signé en décembre dernier un accord avec Hertz pour accueillir en test son service d’autopartage (voir le fonctionnement du service sur connectbyherts).

Dans le cadre de ce même projet, la ville de Barcelone vient de prendre une série de mesures pour développer le véhicule électrique : baisse des taxes lors d’achats de véhicules verts, zones de parking réservées, installation de 191 points de recharges dès 2011 et partenariat avec Renault-Nissan pour acquérir des voitures électriques.

Par ailleurs, l’Andalousie a décidé de son côté de participer à ce développement, en signant un accord avec …Renault Nissan pour accueillir, sur son parc technologique, un centre d’essais pilote dédié aux véhicules électriques. Cet accord prévoit également la mise en place de formations pour les techniciens de la filière, et s’appuiera sur la ville de Malaga qui devrait devenir la première smart city (ville intelligente).
Le consortium « smartcity » a obtenu un budget de 20 millions d’€ (sur 4 ans) pour arriver à un objectif de réduction de 20% des émissions de CO2. Il est dirigé par le fournisseur d’énergie Endesa.

Le marché espagnol automobile est essentiel pour de nombreuses marques, comme le prouve la création, depuis 1991, de 5 importants clusters centrés sur l’industrie automobile :

  • ACICAE en Pays Basque autour du groupe Daimler.
  • FACYL en Castille autour de Renault et Iveeco.
  • CEAGA en Galice avec notement PSA (Vigo) et Faurecia.
  • AVIA dans la région de Valence avec Ford.
  • GIRA dans la région de Cantabria avec la présence d’opel.


Le lobbying de Renault semble avoir particulièrement bien fonctionné en Espagne aussi bien au niveau de l’Etat, des régions que des grandes métropoles. Avec Nissan implanté depuis longtemps sur ce territoire, le groupe est dans tous les projets de développement de la voiture électrique.


Le gouvernement Espagnol présentera le 6 avril un plan de développement du véhicule électrique, qui devrait s'élever à 590 millions d'€ sur 2 ans. Il est en autre prévu une prime à l'achat de 7 000 €. L'objectif est d'atteindre en 2014 les 250 000 véhicules électriques ou hybrides rechargeables.

Enfin, on notera que l' Espagne a tout intérêt à favoriser l'essor du véhicule électrique, qui pourrait être un débouché pour sa production nocturne d'électricité issue de l'un des plus important parc d'éoliennes d'Europe.

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.