IAA. Le surimi en quête de naturel.

23/03/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Après une baisse en 2007 et 2008, le marché du surimi repart en 2009 avec une hausse de 3.1 % en valeur.

Fleury Michon parie sur la naturalité pour relancer ses ventes. Exit conservateurs, poly phosphates, sorbitol, glutamate et arômes artificiels. En avril Fleury Michon lance son nouveau surimi sans additifs. Toujours dans l'objectif de rassurer le consommateur, la marque s'engage aussi dans la pêche durable en adhérant à la certification MSC.

En relookant son packaging (sachet papier fond carré doublé d'un film plastique), la marque choisit clairement un positionnement premium pour pousser sa gamme « Sélection ».

Décryptage : Avec 22,9 % de part de marché en valeur, Fleury Michon est le leader du segment des bâtonnets de surimi. En retravaillant ses ingrédients, la marque veut réconcilier les consommateurs en quête de produits sains et naturels avec le surimi souvent associé à une fabrication « chimique ».

Ces innovations sur les produits de la mer participent à l'embellie observée sur ce marché porté par  les discours nutritionnels du PNNS : consommer davantage de poisson sain et naturel. Le rayon traiteur de la mer bénéficie d'ailleurs particulièrement de cette nouvelle croissance (+7.7 %).

Un positionnement à prendre en compte par les industriels qui souhaitent développer des gammes à base de produits de la mer.

Sources

Sources : Linéaires, Mars 2010 et Le Manager de l’alimentaire du 26 février au 12 mars 2010 et Points de vente 8 Mars 2010.

Auteur Catherine Miniot, CCI Ille et Vilaine

A lire également

Anti-gaspi : les crackers Résurrection valorisent les drêches de brasserie

Le 13/04/2018

Transformer un déchet en ressource, telle est l'idée de Nathalie Golliet et Marie Kerouedan. Après avoir créé en 2015 Re(f)use, une structure visant à valoriser les déchets culinaires, ces deux passionnées lancent, dans un esprit de développement durable les crackers Résurrection issus des drêches de brasseries.

"Nous, épiceries anti-gaspi", prochaine ouverture à Rennes !

Le 29/03/2018

Face à l'engouement pour la lutte contre le gaspillage alimentaire, les initiatives se multiplient. Deux entrepreneurs engagés, Vincent Justin et Charles Lottmann, lancent un nouveau circuit de distribution permettant aux fournisseurs de vendre leurs produits déclassés et invendus dans l'enseigne "Nous".

Sans pesticide, sans insecticide, zéro résidu ou sans traitement après récolte... A chacun sa promesse.

Le 15/03/2018

Les pesticides occupent aujourd'hui une large place dans les débats… Encouragées par les considérations des consommateurs toujours plus inquiets et une actualité qui renforce la défiance, les filières ont déjà pris les devants. Pommes de terre, tomates et autres fruits et légumes font le choix de logos impactants pour se différencier en linéaire.