IAA. Le surimi en quête de naturel.

23/03/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Après une baisse en 2007 et 2008, le marché du surimi repart en 2009 avec une hausse de 3.1 % en valeur.

Fleury Michon parie sur la naturalité pour relancer ses ventes. Exit conservateurs, poly phosphates, sorbitol, glutamate et arômes artificiels. En avril Fleury Michon lance son nouveau surimi sans additifs. Toujours dans l'objectif de rassurer le consommateur, la marque s'engage aussi dans la pêche durable en adhérant à la certification MSC.

En relookant son packaging (sachet papier fond carré doublé d'un film plastique), la marque choisit clairement un positionnement premium pour pousser sa gamme « Sélection ».

Décryptage : Avec 22,9 % de part de marché en valeur, Fleury Michon est le leader du segment des bâtonnets de surimi. En retravaillant ses ingrédients, la marque veut réconcilier les consommateurs en quête de produits sains et naturels avec le surimi souvent associé à une fabrication « chimique ».

Ces innovations sur les produits de la mer participent à l'embellie observée sur ce marché porté par  les discours nutritionnels du PNNS : consommer davantage de poisson sain et naturel. Le rayon traiteur de la mer bénéficie d'ailleurs particulièrement de cette nouvelle croissance (+7.7 %).

Un positionnement à prendre en compte par les industriels qui souhaitent développer des gammes à base de produits de la mer.

Sources

Sources : Linéaires, Mars 2010 et Le Manager de l’alimentaire du 26 février au 12 mars 2010 et Points de vente 8 Mars 2010.

Auteur Catherine Miniot, CCI Ille et Vilaine

A lire également

Chiffres clefs 2016 de la consommation de produits biologiques en France

Le 22/03/2017

L’Agence BIO avec l'appui du CSA vient de publier son baromètre 2017 de consommation et de perception des produits biologiques en France. Principaux enseignements...

Le flexitarisme, un nouveau positionnement marketing ?

Le 06/03/2017

On assiste au développement de certaines craintes quant à l'impact sur la santé d'une consommation excessive de viande. Dans un même temps, les préoccupations éthiques, environnementales et budgétaires sont grandissantes. Place au flexitarisme qui s'affirme même dans le nom des produits, avec des accents tantôt fun, tantôt gourmands.

Pertes et gaspillages alimentaires : point à date et enjeux

Le 12/12/2016

Selon une étude réalisée pour l’ADEME, les pertes et gaspillages alimentaires générés tout au long de la chaîne alimentaire, sont estimés à 10 millions de tonnes par an. Transformateurs et distributeurs s’engagent. Pistes de réflexion.