IAA. Le surimi en quête de naturel.

23/03/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Après une baisse en 2007 et 2008, le marché du surimi repart en 2009 avec une hausse de 3.1 % en valeur.

Fleury Michon parie sur la naturalité pour relancer ses ventes. Exit conservateurs, poly phosphates, sorbitol, glutamate et arômes artificiels. En avril Fleury Michon lance son nouveau surimi sans additifs. Toujours dans l'objectif de rassurer le consommateur, la marque s'engage aussi dans la pêche durable en adhérant à la certification MSC.

En relookant son packaging (sachet papier fond carré doublé d'un film plastique), la marque choisit clairement un positionnement premium pour pousser sa gamme « Sélection ».

Décryptage : Avec 22,9 % de part de marché en valeur, Fleury Michon est le leader du segment des bâtonnets de surimi. En retravaillant ses ingrédients, la marque veut réconcilier les consommateurs en quête de produits sains et naturels avec le surimi souvent associé à une fabrication « chimique ».

Ces innovations sur les produits de la mer participent à l'embellie observée sur ce marché porté par  les discours nutritionnels du PNNS : consommer davantage de poisson sain et naturel. Le rayon traiteur de la mer bénéficie d'ailleurs particulièrement de cette nouvelle croissance (+7.7 %).

Un positionnement à prendre en compte par les industriels qui souhaitent développer des gammes à base de produits de la mer.

Sources

Sources : Linéaires, Mars 2010 et Le Manager de l’alimentaire du 26 février au 12 mars 2010 et Points de vente 8 Mars 2010.

Auteur Catherine Miniot, CCI Ille et Vilaine

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...