L'éco-fonctionnalité : en quoi consiste la démarche, et comment la vérifier ?

23/03/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

L'éco-fonctionnalité consiste à remplacer la vente d'un bien par la vente de l'usage d'un bien. Elle rend la croissance indépendante de la consommation d'énergies et de matières premières.

C'est une économie de captation du client, qui résulte du constat suivant : la disponibilité des ressources devient aléatoire, et le prix de l'énergie et des matières premières augmentent.

Un projet qui s'inscrit dans une démarche d'éco-fonctionnalité en supprimant la surconsommation de ressources, permet de dégager de la valeur ajoutée.

Cette valeur ajoutée peut être répartie entre l'entreprise et le client, d'une part il s'agit d'accroître le profit de l'entreprise et sa rentablilité, d'autre part il s'agit de céder cette valeur ajoutée au client, et d'augmenter la compétitivité de l'entreprise.

Deux grilles élaborées par le cabinet conseil et expertise Periculum Minimum permettent de valider un projet d'éco-fonctionnalité.

1ère grille : critères de réussite

critère  1 Offre dérivée d'une analyse de cycle de vie
critère 2 Innovation réelle puisque changeant le comportement de la clientèle
critère 3 Innovation associant produits nouveaux et services nouveaux (performance accrue par le service)
critère 4 Découplage entre usage d'un bien et consommation d'énergie et de matières premières
critère 5 Exemple type d'économie circulaire avec production - utilisation - maintenance - réparation - réutilisation - gestion de déchêts.
critère 6  Maîtrise accrue de la clientèle
critère 7  Intégration de la valeur ajoutée du distributeur dans celle du fabricant
critère 8 Absence d'investissement pour le client
critère 9 Garantie de résultat

2ème grille : gains internes

 

critère  1 amélioration de la qualité
critère 2 réduction des coûts
critère 3 ouverture de nouveaux marchés
critère 4 stratégies d'éco-efficience
critère 5 meilleure productivité du travail
critère 6  capital de réputation
critère 7  maîtrise des évolutions juridiques et institutionnelles
critère 8 capture réglementaire
critère 9 quotas de CO2, certificats d'économie d'énergie

Pour valider un projet, l'entreprise doit passer au filtre de ses deux grilles et valider ces critères, aux risques dans le cas où les critères sont invalidés de voir son projet ne pas permettre à l'entreprise de gagner en rentabilité et compétitivité.

Pour valider un projet, l'entreprise doit passer au filtre de la première grille, si certains critères ne sont pas satisfaits ; il faut revoir le projet selon ces critères. Lorsque que le projet est validé, la deuxième grille permet de vérifier que l'entreprise pourra le rentabiliser au maximum en n'ouliant aucun des gains internes potentiels.

Ainsi, par l'usage de ces deux grilles d'écofonctionnalité, l'entreprise s'assure :

1°)-de la pertinence de son projet

2°)-de porter au plus haut sa rentabilité et sa compétitivité.

Sources

Environnement & TECHNIQUE - n° 293 - Janvier-Février 2010

Auteur Isabelle Heuzé, CCI Rennes

A lire également

Logistique, transport, supply chain : la blockchain va changer votre métier !

Le 28/11/2016

La 1ère Conférence Nationale Blockchain et Supply Chain a eu lieu le 23 novembre : point de vue sur la manière dont cette nouvelle technologie va bouleverser en profondeur la performance et les métiers de la logistique, du transport et de la supply chain.

Laurent Vigouroux

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 15/04/2016

Pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning, BSC a interviewé Laurent Vigouroux, consultant indépendant et expert en DDMRP.

Le transport de marchandises « s’uberise », le marché se déstabilise

Le 18/02/2016

Quand le collaboratif devient marchand, c’est l’uberisation. Et cette vague de transformation numérique (BlablaCar, Air B&B, etc.) atteint aussi le secteur du transport de marchandises : comment ? Pourquoi ? Que faire ?