Les bons résultats d'Audi et sa stratégie sur l'électrique

18/03/2010 (modifié le 18 mars 2010)

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Après l'annonce des déficits importants de PSA (perte nette de 1,161 Mrds d'€) et de Renault (perte nette de 2,7 Mrds d'€), Volkswagen, également constructeur généraliste, annonce des résultats 2009 en retrait par rapport à 2008 mais positif à 1,9 milliards d'Euros. Ces chiffres ne prennent en outre pas en compte les bon résultats du groupe en Chine où ses JV enregistrent une hausse de 36 % d'activité et 1,4 millions de véhicules vendus, soit plus que le volume de vente en Allemagne (1,25 millions d'unités vendues). Malgré une baisse de 42% de sa marge opérationnelle, Audi est le premier contributeur de ce résultat avec 1,6 M€ de marge opérationnelle, contre 561 M€ pour Volkswagen.

La présentation de ces résultats a surtout été l'occasion pour Rupert Stadler, le PDG d'Audi d'évoquer la stratégie du groupe sur le véhicule électrique. Celui affirmait encore en mars 2009 que "la voiture électrique abordable et à coût raisonnable sera pour un avenir lointain", mais il affiche aujourd'hui un engagement beaucoup plus fort d'Audi sur ce marché en affirmant que "la propulsion électrique sera la propulsion du futur". De fait, il a indiqué que 350 personnes sont aujourd'hui dédiées à 100 % sur le véhicule électrique et Audi a déjà en test 3 concepts différents d'architecture électrique :

  • La e-tron présentée au dernier salon de Frankfort, est équipée d'un moteur électrique dans chaque roue et devrait être fabriquée en petite série dès 2012,
  • un coupé sportif équipé de 2 moteurs électriques et montré au salon de Détroit,
  • enfin, l'Audi A1 e-tron montré à Genève équipée d'un moteur électrique et d'un moteur thermique servant à la recharge de la voiture.

Si Audi n'a pas réellement annoncé de date de lancement, le groupe se prépare bel et bien à occuper une place sur ce marché tout en restant positionné sur les segments haut de gamme.

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.