Le plan matériaux verts de PSA

11/03/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Les bio matériaux sont encore peu présents dans l'automobile mais devraient voir leur taux d'utilisation s'accélérer dans les années à venir. PSA met en place un plan "matériaux verts" ambitieux prévoyant de tripler leur utilisation dès 2011.


 
Qu'est ce qu'un matériau vert ?

Afin d'élaborer ce plan, PSA à déterminé 3 types de "matériaux verts" : 

  • Les matières recyclées : Matières issues d'une filière de récupération de pièces en fin de vie
  • Les fibres et matières naturelles : Cette catégorie concerne les fibres végétales naturelles utilisées en mélange avec un polymère pour se substituer aux fibres de verre (fibre de chanvre, de lin, de bois...) ou directement pour les fibres textiles (fibres de coton, de coco...). Les matériaux naturels comme le cuir, le bois font également parti de cette catégorie.
  • Les biomatériaux : Ce sont des polymères issus complètement ou partiellement de ressources renouvelables et obtenus par une synthèse chimique (amidon de mais, huile de ricin...)

Ancre retour

 
30 % de matériaux verts en 2015

PSA met en oeuvre un "plan matériaux verts" incluant des objectifs chiffrés d'intégration de ces matériaux dans ses voitures.

Pour un véhicule produit en 2009, les métaux représentent 70% de la masse, les polymères 20% auxquels il faut ajouter divers autres matériaux dont les fluides pour 10%. Sur ces 20 % de matières plastiques, 6 à 7% sont aujourd'hui des matériaux verts. PSA a annoncé un objectif d'intégration des matériaux verts à hauteur de 20% en 2011 et 30% en 2012. A cet horizon, le groupe vise 2/3 de matériaux recyclés et 1/3 de fibres naturelles et de bio-matériaux.

Si pour certains ces chiffres peuvent encore paraitre modestes au vu des enjeux environnementaux, ils représentent néanmoins une évolution importante pour une filière aujourd'hui massivement équipée pour produire des plastiques d'origine fossile. Au rythme de conception d'un véhicule, la prise en compte de ces enjeux doit se faire dès maintenant pour les sous traitants en initégrant ces filières de matières recyclées ou naturelles.


Ancre retour

 
Quels bénéfices attendus ?

Aujourd'hui leader des véhicules à faibles émissions de CO2, PSA affiche un objectif stratégique de "leadership environnemental" et vise une "limitation de l'emprunte environnementale de la construction automobile" en "considérant la vie du véhicule dans son ensemble", selon les déclarations du directeur de recherche et ingéniérie avancée de PSA.

Ce programme semble dès lors moins lié aux enjeux d'allègement d'une automobile dont les ressorts sont ailleurs, qu'à un objectif de réduction du bilan CO2 de la filière de production de plastiques en recourant à des matières "renouvelables" réduisant l'utilisation de plastiques d'origine fossile. Au delà de l'image de marque, il s'agit aussi pour PSA de répondre aux objectifs de recyclabilité des pièces véhicules imposés par l'Union Européenne d'ici 2012 et probablement d'anticiper la hausse du prix des matières plastiques d'origine fossile dans les prochaines années.

Dans un contexte de marché très concurrentiel, PSA a d'ores et déjà indiqué que l'enjeu était de substituer ces matériaux verts aux matériaux conventionnels à un coût égal.On comprend en effet bien que le client n'est aujourd'hui pas prêt à payer un surcoût pour la présence de matériaux verts dans son automobile.


Ancre retour

 
Un tournant pour la filière

Pour mettre en oeuvre ce plan ambitieux, PSA doit mettre en mouvement l'ensemble de la filière, fournisseurs de rang 1 et plus afin d'être prêt en 2011 avec les prochains lancements de véhicules. Pour la filière, l'enjeu est double : un enjeu de R&D pour mettre au point des procédés industriels intégrants ces fibres naturelles, et d'achat pour lever les contraintes capacitaires tant sur les dispositifs industriels des plasturgistes que des producteurs de matières premières recyclés et naturelles.

Pour y parvenir PSA a constitué un portefeuille de matériaux verts "validés" et impose à ses fournisseurs de proposer une alternative en matériaux verts à chaque nouvelle consultation sur une pièce plastique.

D'autres constructeurs intègrent également cette dimension qui semble bien s'accélérer : Renault avec son projet Renault ECO2 vise 20 à 25% de plastiques recyclés d'ici 2015. Toyota, de son coté a annoncé un objectif 2015 de 20% des matériaux plastiques biosourcés ou recyclés dans leurs véhicules.

PSA affiche aujourd'hui des objectifs dans ce domaine parmi les plus ambitieux. Cette évolution est à termes inéluctable et pourrait être une opportunité économique intéressante pour les entreprises qui sauront se positionner rapidement sur ce nouveau créneau.

 

A noter : Le groupe est par ailleurs engagé dans le projet Matoria labelisé par le pôle de compétitivité MOV'EO dont l'objectf est de développer des matériaux plastiques injectables issus de ressources renouvelables pour applications automobiles.

 


Ancre retour

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.