Distribution. Le concept multi frais innovant de la Ferme du Sart.

04/03/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Au cœur d'une exploitation agricole de 15 hectares à Villeneuve d'Ascq, la Ferme du Sart propose un concept audacieux et innovant. Adossée à une ferme flamande du XVIIème siècle, une surface de vente de 1100 m2 est entièrement dédiée au frais. Autour de cet espace, un parc place le client au centre d'un environnement de loisirs et de production agricole :

  • 10 hectares de production de légumes
  • 4600 m2 de serres de production de fleurs
  • un parc animalier de 3000 m2
  • un labyrinthe de maïs
  • des animations régulières: cours de cuisine, jardinage, bricolage...
  • des espaces dédiés aux enfants

Dans la surface de vente, l'assortiment est limité à 500 références et tient compte de la saisonnalité des productions. La qualité des produits est privilégiée et l'approvisionnement est local pour 50 % des références. Tous les stands sont en LS et le service généralement associé au grand frais est réduit, de manière à maintenir les prix à un niveau acceptable. Self scanning et caisses automatiques complètent ce dispositif pour permettre le passage de plus de 6000 clients par semaine.

Si le modèle interpelle, il doit encore faire la preuve de sa rentabilité avant de pouvoir être reproduit.

Décryptage : Ce concept novateur surfe sur la vague du succès du multi frais. Selon une étude publiée par l'IFLS, le parc des enseignes multi frais a progressé de 19 % entre 2006 et 2009 pour atteindre 271 magasins. En surface, la progression est encore plus marquée avec une hausse de 43 % boostée par le développement particulier de l'enseigne Grand Frais (plus de 90 magasins avec une surface moyenne de 950 m2).

Les clefs du succès reposent  sur la réponse aux préoccupations actuelles du consommateur : qualité des produits, nostalgie des marchés d'antan, rapprochement des producteurs.

En proposant une ouverture jusqu'à 20 heures et le dimanche matin, la ferme du Sart tente là un concept alléchant.

A voir si le maintien de prix accessibles, autre incontournable du succès actuel, pourra permettre la rentabilisation et la pérennisation du modèle.

Sources

"Faut-il avoir peur des multifrais ?", Linéaires, Février 2010.

Auteur Catherine Miniot, CCI Ille et Vilaine

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...