L'appel d'offres Autolib' clôturé

04/03/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Autolib' dont le lancement est prévu pour l'automne 2011 sera la première expérimentation d'un système de libre service de voitures électriques à grande échelle puisque 3000 voitures sont prévues au moment du lancement.

6 candidats ont répondu à l'appel d'offre lancé par le syndicat mixte regroupant 30 communes :

  • Un consortium regroupant Avis, la RATP, la SNCF et Vinci Park
  • Interparking, une entreprise Belge de location de parking
  • Le Groupe Bolloré
  • La Poste, avec sa filiale Extelia
  • VTLIB (Véolia transport urbain), avec d'autres partenaires : Hertz, SFR, MAAF et Citelium (éclairage urbain)
  • Ada, une société de location de voitures.


Quant à PSA, il s'est déjà positionné sur ce futur marché : Citroën est préssenti pour le consortium avec Avis. Par ailleurs, Peugeot,Véolia et GreenWheels (start up de l'autopartage des Pays-Bas) ont signé une lettre d'intention en Janvier 2010 ayant pour objectif l’achat de véhicules électriques et le développement de services de mobilité. Le partenariat prévoit la fournir des IOn pour Autolib'. Renault a également de son côté proposé ses véhicules à certains candidats répondant à cet appel d'offres.

Les constructeurs ont toutefois annoncé qu'il serait sans doute difficile d'aligner 3000 voitures dès septembre 2011 et proposent d'échelonner sur 2 ans leur mise service.

La prochaine étape est prévue le 18 mars pour la sélection définitive des candidats qui devront déposer un offre en juin 2010 sur l'ensemble de la prestation (mise en place, gestion et entretien). Dans ce projet, les collectivités s'engagent à financer les infrastructures de recharge. L'opérateur sélectionné devra quant à lui assumer l'intégralité du service en équilibrant ses comptes.

Dans ce projet, preque tout est à inventer : la répartition des véhicules (2 places, 4 places), la gestion de la recharge, la sécurisation (vols, validité du permis, dégradation...) le tout dans un nouveau modèle économique. Le pari est risqué mais, l'enjeu est de taille pour prendre les places sur le marché de la mobilité de demain. Rappelons que 55% des Parisiens n'ont pas de voiture et 61 % se sont déclarés prêt à utiliser Autolib' 1 à 2 fois par an.

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.