L'Angleterre accélère sur la voiture propre

16/02/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

L'Angleterre a décidé de booster la recherche en matière d'automobiles écologiques et s'en donne les moyens.

Premier exemple, le lancement de deux concours:

  • L'un est doté de 8 millions d'€: il concerne le développement de l'hydrogène et de la Pile A Combustible (PAC).
  • L'autre est doté de 21 millions d'€: il est relatif aux véhicules à très faibles émissions de CO2.

De plus, en 2009, un certain nombre d'investissements concernant le développement du véhicule électrique, ont été annoncés :

  • 230 millions d'€ pour des subventions à l'achat de véhicules rechargeables qui permettront l'allocation d'une prime allant de 2300€ à 5600€. Mais ces primes ne seront pas attribuées avant 2011.
  • 23 millions d'€ pour l'installation d'un réseau de bornes de recharge.
  • 133 millions d'€ pour la plate-forme destinée à la réalisation des tests de véhicules (340 véhicules sur Londres, Glasgow et Oxford).
  • 4,5 millions pour soutenir le projet T-27 de la société Zytek. Le projet T27, piloté par Zytek, est porté par un consortium d'une vingtaine d'entreprises, dont Michelin, et a pour objectif la commercialisation un petit véhicule 100% électrique de 3 places.

Zytek est une PME anglaise créée 1982 et spécialisée dans la gestion de la propulsion automobile. Dès 1994, ses dirigeants se sont lancés dans la motorisation électrique. Zytek a par exemple travaillé avec Daimler sur la Smart électrique, mais également sur la Mercedes Classe A électrique.

En matière de petit véhicule électrique, on notera également le partenariat entre la direction anglaise de Citroën et ECC (Electric Car Corp.), qui commercialise une Citroën C1 100% électrique, la C1 ev'ie. Citroën a d'ailleurs décidé de tester ce segment en Angleterre et non en France. L'objectif est d'y vendre 4 000 unités en 2010.

Parallèlement, le maire de Londres, Boris Johnson, vient d'annoncer la mise en place de 25 000 bornes de recharges d'ici 2015, pour faire de sa ville la capitale du véhicule électrique. La répartition des bornes est prévue comme suit :

  • 22 500 dans les parkings des entreprises,
  • 500 dans les rues de la ville,
  • 2 000 dans les parkings et les garages.

Par ailleurs, la municipalité a annoncé également la commande de 1000 véhicules éclectiques. Rappelons que Londres accueillera les JO en 2012, et après la démesure chinoise, les Anglais souhaitent mettre l'accent sur l'écologie.
Une autre preuve de cette ambition: l'annonce du gouvernement anglais de proposer dès les JO, des taxis électriques avec le projet taxi Vito E (Motorisation Zytek et consortium de 25 entreprises derrière ce projet).

Les Anglais souhaitent offrir aux constructeurs étrangers un véritable territoire pour expérimenter les véhicules du futur. Un autre exemple, avec le constructeur Opel qui ne s'est pas trompé en choisissant l'université de Coventry (située au centre de l'Angleterre), connue pour son excellence en matière d'ingénierie et de design automobile, pour lancer un concours sur l'intérieur de leurs véhicules en 2020 : les étudiants ont carte blanche pour travailler sur les matériaux et les technologies environnementales embarquées.

L'Angleterre souhaite aller vite en matière d'électromobilité, sans doute pour pouvoir bénéficier de l'effet vitrine des JO en 2012.

A lire également

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.