IAA. Charal développe une gamme bio.

12/02/2010 (modifié le 12 févr. 2010)

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Charal, qui proposait déjà quelques produits AB à son catalogue, lance une gamme complète bio. Garantissant l'origine française de sa viande, la marque propose des steaks hâchés, du bifteck, du faux filet et un pavé.

Avec un visuel adapté à l'agriculture biologique (rouge, vert, blanc), Charal compte bien prendre sa place sur un marché de la viande bio estimé à 252 M€, en progression de 8,6 % par rapport à 2008.

Charal

Décryptage : Face au développement des MDD sur le segment de la viande bio, Charal réagit. Si ce choix marketing n'est pas des plus innovants, il est susceptible de venir perturber la filière d'approvisionnement en viande biologique. En effet, les industriels de la viande pourraient se retrouver en difficulté de sourcing, conséquence des volumes que ne manquera pas de dégager le leader de la viande sous marque.

Sources

"Charal se convertit au bio", Points de Vente, 25 janvier 2010.

Auteur Catherine Miniot, CCI Ille et Vilaine

A lire également

Le "sans traitements", une réponse alternative à mi-chemin entre le conventionnel et le bio. Démarche opportuniste ou durable ?

Le 24/05/2017

A mi chemin entre le bio et le conventionnel, l’arrivée d’une voie "sans traitement" semble représenter une réponse aux consommateurs alternatifs, pas encore bio-convertis… Cette nouvelle filière saura-t-elle néanmoins séduire durablement les influentes générations Y et Z, dites "sans concessions" à l'égard de leur responsabilité sociétale ?
[...]

Chiffres clefs 2016 de la consommation de produits biologiques en France

Le 22/03/2017

L’Agence BIO avec l'appui du CSA vient de publier son baromètre 2017 de consommation et de perception des produits biologiques en France. Principaux enseignements...

Le flexitarisme, un nouveau positionnement marketing ?

Le 06/03/2017

On assiste au développement de certaines craintes quant à l'impact sur la santé d'une consommation excessive de viande. Dans un même temps, les préoccupations éthiques, environnementales et budgétaires sont grandissantes. Place au flexitarisme qui s'affirme même dans le nom des produits, avec des accents tantôt fun, tantôt gourmands.