Maintien de l’autonomie et télésanté : une frontière floue mais réelle

Le 04 février 2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Limite médicale
Du fait du développement des capteurs, des technologies de fusion de données et des télécoms, la frontière entre les solutions de maintien de l’autonomie à domicile et les solutions de télésanté paraît de plus en plus ténue. Deux nouveaux exemples l’illustrent.
  • IVT Corporation, société chinoise spécialisée en télécoms notamment pour le médical, a présenté un kit de surveillance médicale composé d'appareils classiques de mesures physiologiques (tensiomètre, oxymètre, électrocardiogramme) qui communiquent sans fil avec un téléphone mobile spécifique. Ce «mobile de soins» affiche les mesures et les transmet au personnel soignant et au dossier médical patient, mais aussi, via une plateforme web dédiée, rend accessibles ces données pour les proches, ce qui les sécurise et les implique dans le suivi.
  • De leur côté, l'association Medetic et l'équipe de recherche Trio de l'INRIA développent un concept de maison intelligente intégrant télésanté et téléassistance. Le système mixe des capteurs médicaux (tensiomètre...) et des capteurs d'environnement domotique (capteur de présence, de mouvement...). Cet ensemble permet à la fois d'assurer le suivi médical et de détecter des chutes ou des comportements anormaux, en utilisant notamment la fusion multicapteurs (croisement de données).

Les technologies rapprochent donc télésanté et maintien d'autonomie. Par exemple, l'analyse de comportement, via des capteurs domotiques, peut permettre aussi bien de détecter une personne seule en difficulté et déclencher une alerte, que de suivre l'évolution d'une pathologie.

Cependant, et même si les utilisateurs finaux (personnes âgées) sont les mêmes, il s'agit de marchés bien différents.

En effet, la télésanté vise à faciliter des diagnostics et des traitements médicaux, et éventuellement déclencher des alertes. De tels systèmes doivent donc être prescrits et exploités par les équipes médicales, répondre à des exigences parfois lourdes en termes d'agréments et certifications santé, et peuvent engager la responsabilité juridique de leurs fabricants sur la qualité du diagnostic.

En revanche, les solutions TIC de maintien de l'autonomie sont destinées à assurer la sécurité, le bien-être et la communication de la personne âgée avec son entourage (proches, intervenants, environnement de proximité). Les acheteurs sont plutôt des particuliers et des collectivités, donc les modes de commercialisation et les exigences sont différents de la télésanté.

Face à ces différences, la CCI Rennes Bretagne a fait le choix de focaliser cette lettre de veille sur le maintien de l'autonomie par les TIC, car ce marché est plus accessible pour des PME que la télésanté.

Sources

[[http://www.mhealthservices.com/][IVT Corporation]]
#
#
[[http://www.medetic.com/medetic.php][Medetic]]
#
#
[[http://www.tregouet.org/][tregouet.org]]
#
#
Rapport Vincent Rialle pour le Ministère de la Santé : [[http://www.temps.travail.gouv.fr/IMG/pdf/rapport.technologies_nouvelles.pdf][« Technologies nouvelles susceptibles d’améliorer les pratiques gérontologiques et la vie quotidienne des malades âgés et de leur famille »]]

#
#
#

A lire également

Des outils numériques au service de la relation pharmacien-patient

Le 06/08/2014

A la fois professionnel de santé et commerçant, le pharmacien d'officine est souvent le point d'entrée dans le parcours de soins. Son rôle de conseil a été renforcé par les récentes évolutions réglementaires. Dossier pharmaceutique, applications pour smartphones... : de nouvelles solutions servent de support à la relation pharmacien - patient.

La m-santé à la recherche d'un modèle économique

Le 14/05/2014

Les applications et dispositifs de M-santé se multiplient de façon exponentielle, notamment avec l'essor des objets connectés. Pourtant peu de services ont trouvé un modèle économique viable. Des récentes études du BCG et des exemples de services M-Santé déployés permettent d'esquisser des recommandations sur les business models à tester.

Contrat de Filière Silver Eco

Contrat de filière Silver Economie : analyse et recensement des actions engagées

Le 20/03/2014

Le Contrat de filière de la Silver Économie a été signé le jeudi 12 décembre dernier en présence d’acteurs privés et publics du secteur par Arnaud MONTEBOURG, Michèle DELAUNAY et Gilles SCHNEPP, président de la FIEEC et PDG de LEGRAND. 3 mois après son lancement, les premières actions sont lancées parmi les 60 propositions de ce contrat.