Distribution. De plus en plus de producteurs locaux en grande surface.

28/01/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Carrefour, jusqu'à présent très centralisé, a ajouté à son assortiment national un tronc commun régional permettant aux magasins de référencer des produits locaux. En Bretagne, en lien avec la Chambre d'Agriculture d'Ille et Vilaine, le manager marchandises régional de Carrefour détermine les produits locaux qui seront proposés dans les magasins. A Cesson Sévigné (Rennes 35) sont proposés à la vente le poulet fermier Label Rouge de Janzé, le lapin fermier breton « Paille d'Orée », le poulet gris cendré... Une démarche qui permet à l'enseigne de se rapprocher de sa clientèle locale tout en améliorant ses rapports avec le monde agricole.

Décryptage : Le besoin de retour à la proximité régulièrement  évoqué par les consommateurs a conduit à 2 initiatives de la part des distributeurs. 2009 a vu le retour des magasins au plus près du client avec la création des Carrefour City ou Carrefour Concept par exemple. Cela a par ailleurs conduit à raccourcir les chaînes d'approvisionnement en rapprochant les consommateurs des producteurs. En surfant sur les tendances du retour à la tradition et au terroir, Carrefour s'inscrit aussi dans une démarche de développement durable. Il n'en demeure pas moins que ces initiatives des enseignes peuvent représenter de réelles opportunités pour de petits producteurs locaux.

Sources

"Carrefour joue aussi la carte locale", Linéaires, Janvier 2010.

Auteur Catherine Miniot, CCI Ille et Vilaine

A lire également

Chiffres clefs 2016 de la consommation de produits biologiques en France

Le 22/03/2017

L’Agence BIO avec l'appui du CSA vient de publier son baromètre 2017 de consommation et de perception des produits biologiques en France. Principaux enseignements...

Le flexitarisme, un nouveau positionnement marketing ?

Le 06/03/2017

On assiste au développement de certaines craintes quant à l'impact sur la santé d'une consommation excessive de viande. Dans un même temps, les préoccupations éthiques, environnementales et budgétaires sont grandissantes. Place au flexitarisme qui s'affirme même dans le nom des produits, avec des accents tantôt fun, tantôt gourmands.

Pertes et gaspillages alimentaires : point à date et enjeux

Le 12/12/2016

Selon une étude réalisée pour l’ADEME, les pertes et gaspillages alimentaires générés tout au long de la chaîne alimentaire, sont estimés à 10 millions de tonnes par an. Transformateurs et distributeurs s’engagent. Pistes de réflexion.