350 millions de dollars pour Better Place

26/01/2010 (modifié le 26 janv. 2010)

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Better Place vient d'annoncer avoir réalisé une levée de fonds de 350 millions de dollars (247 millions d'euros) et donne à l'entreprise une valeur estimée à 1,25 milliard de dollars.
Les investisseurs qui ont participé à cette levée de fonds sont en premier HSBC (à hauteur de 125 millions d'euros), puis Morgan Stanley Investment Management, et Lazar Management.
HSBC va donc prendre 10% du capital de la société et faire entrer son responsable des opérations financières mondiales, Kevin Adeson, au sein du comité de direction.
L'opération devrait être bouclée au cours de ce premier trimestre 2010 et devrait permettre à Better Place d'assurer sa crédibilité auprès de partenaires potentiels, mais surtout d'assurer son avenir avec Renault, à 15 mois du déploiement de la ZE Fluence en Israël et au Danemark.

A lire également

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.