La formule "drive" est-elle l’avenir de la grande distribution ?

Le 25 janvier 2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
A l’heure où le concept d’hypermarché traditionnel s’essouffle et où la rentabilité de la grande distribution se dégrade, les enseignes voient dans la formule "drive" un nouveau relais de croissance. Toutes s’engagent dans cette voie en multipliant les expérimentations et les ouvertures.

Le concept d'hypermarché ou supermarché "drive" est né en France au début des années 2000. Le principe est le suivant : le client fait ses courses sur Internet et réceptionne les produits dans sa propre voiture en choisissant le lieu et l'heure de retrait des produits. Les prix sont les mêmes qu'en magasin. Les enseignes drive s'implantent sur les principaux axes de circulation qui relient les bassins d'emploi et les zones de résidence.

D'une enseigne à l'autre le concept est identique, sauf sur un point : Systeme U et Intermarché prélèvent les produits dans leurs magasins, alors que Leclerc et Chronodrive ont fait le choix d'entrepôts destinés uniquement à cette activité.

L'intérêt pour le consommateur :

- gain de temps

- le client n'est plus obligé de rester chez lui attendre la livraison à domicile

- éviter la tentation d'acheter des produits qui ne figurent pas dans sa liste de courses

- le coût total du panier s'affiche au fur et à mesure : on maîtrise mieux sa dépense

L'intérêt pour le commerçant :

- dans le e-commerce, le service de livraison à domicile facturé au client dissuade une partie des consommateurs. En offrant au client la possibilité de retirer lui-même ses courses à l'heure et dans le point de livraison de son choix, le commerçant peut proposer des tarifs équivalents sur Internet et en magasin.

- le drive permet d'attirer une nouvelle clientèle en élargissant la zone de chalandise du point de vente

- un magasin drive n'a pas besoin d'autorisation pour s'implanter.

Selon le consultant Georges Chétochine cité par le quotidien Le Monde du 21 janvier 2010, les ventes en ligne via la formule drive atteindraient 7 à 8 % du chiffre d'affaires du e-commerce, qui lui-même représente aujourd'hui moins de 1% du chiffre d'affaires total du commerce alimentaire. C'est très peu, mais quand on sait que l'enseigne britannique Tesco réalise 11 % de ses ventes en drive, on peut considérer que cette formule a un bel avenir devant elle. A l'heure où le concept d'hypermarché traditionnel s'essouffle et où la rentabilité de la grande distribution se dégrade, les enseignes voient dans le drive un nouveau relais de croissance et toutes s'engagent dans cette voie en multipliant les expérimentations et les ouvertures.

Chronodrive, enseigne créée en 2006 et dont Auchan est le principal actionnaire, a annoncé début 2010 une accélération du développement de ses supermarchés drive : comptant 16 implantations et 850 salariés fin 2009, l'enseigne prévoit un doublement de ses effectifs en 2010. Chronodrive est présent à Cesson-Sévigné (35) en périphérie de Rennes avec un magasin de 2.000 m2 ouvert en octobre 2009 sur la zone de Bray.

Auchan Drive est un concept proche mais adossé à un hypermarché Auchan. En juin 2009, 18 Auchan Drive étaient en activité et l'enseigne annonçait l'ouverture d'une vingtaine d'autres magasins. En région rennaise un Auchan Drive doit ouvrir à Betton (35) sur le site du Village de la Forme, à proximité d'un hypermarché non alimentaire également à l'enseigne Auchan et d'une galerie commerciale à ciel ouvert. 

Dans l'Ouest, Intermarché teste depuis décembre 2008 à Nantes (44) un drive inspiré du modèle Auchan. Mais aussi à Rennes (35), Avrillé (49) et Lannion (22).

Système U annonçait fin 2009 un service drive dans 50 magasins dans l'Ouest et 200 magasins à terme. L'objectif est d'atteindre 5% du chiffre d'affaires d'ici trois ans. Le Super U de Vern-sur-Seiche (35) au sud de l'agglomération rennaise avait été précurseur en proposant ce service à ses clients dès 2007.

Leclerc quant à lui prévoyait une cinquantaine d'implantations en France pour la fin 2009 et une centaine fin 2010. Trois centres Leclerc bretons ont ouvert récemment un drive. L'un est installé à Saint-Thonan (29) près de la voie express Brest-Rennes. Il emploie une vingtaine de salariés. Les deux autres sont à Quimper (29) et Lamballe (22).

Pour les professionnels aussi

Après avoir lancé un test à Rodez (12) en octobre 2009, l'enseigne Metro, filiale française du géant allemand de cash and carry a décidé de déployer la formule drive avec une quinzaine d'ouvertures prévues d'ici 2012.

A lire également

L'aide Stop essuyage

Risques professionnels en restauration : aide financière sèche-verres

Le 06/09/2016

Suite à une étude qui a été réalisée sur les TPE en 2013, il s’est avéré que le métier de la restauration était un métier à risque (chute dans les escaliers, chute en cuisine et en salle, des coupures avec des couteaux, des coupures avec du verre cassé).

Les français adeptes du commerce en ligne.

Le 26/08/2016

Le commerce en ligne des français ne cesse de progresser. Une étude de Journal du Net (JDN) fait ressortir une forte progression des commandes en ligne et de la valeur globale des achats.

Le centre-ville : un lieu de convivialité plébiscité par les français.

Le 17/06/2016

Dans le cadre des onzième assises nationales du centre-ville, une étude réalisée par Consumer Science et Analytics (CSA) réalisée en mai 2016 fait ressortir l'intérêt que porte le français à son centre-ville comme lieu de vie.