Sous-traitants de rang 2 : l’Etat crée un fonds de modernisation

22/01/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Suite au travail réalisé par la commission pour le soutien aux sous-traitants automobiles, Christian Estrosi présentait le 24 novembre dernier des mesures pour financer les équipementiers automobile, en particulier, la création d’un Fonds de Modernisation des Equipementiers Automobiles (FMEA), de 50 millions d’€, destiné aux sous-traitant de rang 2 ou plus. Ce fonds, opérationnel depuis fin décembre, apparaît actuellement dans les négociations du plan de reprise du site Fulmen (Auxerre) par Stewco power.

Par ailleurs le ministre annonce que les pme de la filière automobile pourront bénéficier d’un accès facilité aux 2 milliards d’Euros gérés par Oséo et le FSI pour renforcer le fonds propre des PME.

Parallèlement, 4 mesures pour accompagner ces entreprises dans les mutations économiques devraient être mises en place :

  • Financement de diagnostics stratégiques.
  • Mise en place, pour les grandes régions automobile d’un « guichet unique », piloté par la préfecture, afin de guider les pme vers les différents aides mises en place récemment.
  • Poursuite du travail de réflexion sur l’évolution de l’emploi dans la filière automobile, pilotée par la plateforme automobile.
  • Création d’un conseil scientifique au sein de cette plateforme qui aura pour objectif d’anticiper les problèmes de surcapacité de certains secteurs de la filière.
Enfin Christian Estrosi prévoit également de créer un comité commun au 3 pôles de compétitivité (movéo, ID4CAR, véhicule du futur) pour labelliser les projets dont l'aide dépasserait 1,5 millions d'Euros.

A lire également

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.