Autolib' à Paris en quelques chiffres

25/01/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

La mairie de Paris a annoncé l'ouverture au public du service Autolib' en septembre 2011. Le choix du gestionnaire sera finalisé fin 2010 via une délégation de service publique.

Les grands principes à retenir de ce nouveau service de mobilité proposé aux usagés : 

  • Le projet concerne Paris et 27 communes limitrophes
  • 1000 stations et 3000 voitures seront proposées au moment du lancement
  • Les véhicules seront électriques - 4000 bornes de recharges sont prévues
  • L'utilisation requiert la souscription à un abonnement (15 à 20 € par mois) et un coût de 5 € par demi-heure d'utilisation
Un groupement a déjà manifesté son intention de répondre à l'appel d'offre qui doit être lancé : un loueur de véhicule (Avis), les acteurs du transport collectif (RATP et SNCF) et un gestionnaire de parking (Vinci Park). La composition de ce consortium indique bien les problématiques liées à la mise en oeuvre de ce nouveau type de mobilité urbaine : nouveaux modèles économiques sur le principe de location, intermodalité et lien avec les autres modes de transport, gestion des emplacements de parking en milieu urbain.

A lire également

Dossier spéciale CES 2017

CES 2017 : Le Consumer Electronics Show devient-il le Car Electronics Show ?

Le 20/01/2017

Comme chaque année, Mobility Tech Green, acteur breton de l'autopartage B2B, vous propose un petit tour d’horizon des innovations dans le domaine de la mobilité présentées lors du CES (Consumer Electronics Show) qui s’est tenu à Las Vegas.

Quelles évolutions impactantes pour la mobilité de demain ?

Le 13/01/2017

A partir de l’étude prospective du ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique sur les technologies clés 2020, nous vous proposons d’aller dans le futur de la mobilité.

Bio méthane carburant : Avenir de la méthanisation ?

Le 06/01/2017

Les épisodes récents de pollution urbaine et de restriction de la circulation nous rappellent à quel point la question de la transition écologique du transport est une question d’anticipation du dérèglement climatique (lié au CO2) mais aussi de santé publique (lié aux autres polluants de la combustion des hydrocarbures).