Véhicules électriques : Les Etats Unis soutiennent l’ensemble de la filière

10/02/2010

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le « plan voiture électrique » français a été annoncé au début de l’automne, avec un soutien de 1,5 milliards d'Euros du Fond d’Investissement Stratégique (FSI), notamment pour industrialiser des projets. Les États-Unis, après avoir sauvé de la faillite leurs principaux constructeurs début 2009, ont annoncé plusieurs plans de soutien pour développer la filière « véhicule électrique et hybride rechargeable », soit une enveloppe de plus de 10 milliards de $.

Retour sur les annonces faites par le gouvernement fédéral en 2009:

  • La principale annonce fut réalisée par le président américain lui-même à la fin de l’été : un budget de 2,4 milliards de $ a été débloqué pour financer 48 projets de recherche dans les domaines de la batterie, des voitures électriques et hybrides rechargeables.
  • 1,5 milliards de $ pour financer la recherche et la fabrication de batteries (dont 299 millions pour Johnson Control et 95,5 millions pour son partenaire français Saft).
  • 500 millions de $ pour les équipementiers qui fourniront une nouvelle chaîne de traction à ce type de véhicule.
  • 400 millions de dollars, pour les premières acquisitions de véhicules électriques et hybrides qui serviront de tests, ainsi qu’à l’installation d'infrastructures de recharges.

Auparavant, le gouvernement avait déjà annoncé un prêt de 8 milliards de $ à trois constructeurs américains pour soutenir le développement du véhicule électrique dont :

  • 5,9 milliards de $, destinés à Ford pour transformer 4 sites de productions dont 2 seront consacrés à la fabrication de véhicules électriques.
  • 1,65 milliards de $ à Nissan avec pour objectif la fabrication de 100 000 véhicules électriques par an à moyen terme.
  • 465 millions de $ pour Tesla pour le développement d’un véhicule électrique de type monospace (7 places) appelé "modèle S", prix de vente envisagé au dessus de 50 000$.

En septembre, c’est la jeune société Fisker Automotive (créée en 2007 par Henry Fisker alors qu'il travaillait sur un projet pour Tesla...) qui se voit allouer 528,7 millions de $ pour développer une gamme de voitures hybrides familiales (prix entre 40 à 87 000$).

Parallèlement au soutien de la future filière véhicule électrique, le Département Américain de l’Énergie (DOE) a octroyé une subvention de 15,1 millions de $ à la société Kermet pour augmenter sa capacité de fabrication de condensateurs destinés aux véhicules électriques.

Ce même département s’intéresse également au développement de camions hybrides et aide la ville de Seattle à financer l’achat de 50 camions utilisant cette technologie (soit 1 millions de $).

C'est la première fois de son histoire que le gouvernement américain finance à ce point une filière. Pour les Etats Unis, l'enjeu est d'ordre économique : soutenir une filière génératrice d'emplois en retard sur les évolutions du marché. Mais c'est également un enjeu géostratégique : sortir de la dépendance énergétique. Mi-novembre, Carlos Ghosn, PDG de Nissan, et Alex Molinaroli, PDG de Johnson Controls-Saft ont présenté un rapport qui incite les USA de sortir de la dépendance du pétrole en 2 étapes :

  1. 2020: 14 millions de véhicules à faibles émissions de CO2.
  2. 2030: 120 millions de véhicules électriques ou hybrides soit 90% des voitures neuves.

Pour arriver à un tel résultat le gouvernement fédéral devra développer les infrastructures nécessaires et prévoir des mesures d’incitations fiscales importantes. Mais d'aprés l'étude réalisée par ce consortium, le jeu en vaut la chandelle. En effet, un tel investissement permettrait aux USA de passer de 8,6 millions de barils/jour à 2 millions.

 

Les Etats Unis se sont bel et bien lancés dans la bataille pour la suprématie dans le domaine du véhicule électrique. Le géant américain, après être passé très près de la catastrophe en début 2009, a comme à son habitude, réagi très vite et sur l’ensemble de la filière : batteries, condensateurs, chaîne de traction, véhicules et infrastructures. Mais d'ores et déjà, d’autres technologies semblent prendre le pas. En effet, le cabinet GEGPI qui surveille les dépôts de brevets réalisés aux USA a indiqué que depuis 2 trimestres le nombre de dépôts de brevets dans le domaine de la pile à combustible (hydrogène) avait littéralement explosé. Les principaux déposants étant Toyota et Honda…

A lire également

Quelles évolutions impactantes pour la mobilité de demain ?

Le 13/01/2017

A partir de l’étude prospective du ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique sur les technologies clés 2020, nous vous proposons d’aller dans le futur de la mobilité.

Bio méthane carburant : Avenir de la méthanisation ?

Le 06/01/2017

Les épisodes récents de pollution urbaine et de restriction de la circulation nous rappellent à quel point la question de la transition écologique du transport est une question d’anticipation du dérèglement climatique (lié au CO2) mais aussi de santé publique (lié aux autres polluants de la combustion des hydrocarbures).

L'année 2016 véhicules et mobilités : votre TOP 10 !

Le 16/12/2016

En cette fin d'année 2016, nous vous proposons le top 10 des articles de l'année les plus lus. Ils parlent de voitures autonomes et connectées, de routes intelligentes, de nouveaux usages de la mobilité, du prix du pétrole et des batteries !