Chine : Politiques de soutien du marché des véhicules

10/12/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Alors que les gouvernements occidentaux annoncent la fin programmée des politiques de primes à la casse, la Chine s'engage sur la poursuite de cette politique tout en cherchant à orienter la demande vers des véhicules plus verts.


 
Poursuite de la politique de soutien de la demande

La Chine est aujourd'hui le premier marché mondial de l'industrie automobile.
Pourtant une partie du dynanisme de la demande intérieure chinoise est due à la politique gouvernementale de soutien de la consommation.

Le programme de relance favorise l'achat de véhicules de petites cylindrées (moins de 1600 cm3), et devait arriver à échéance à la fin 2009.

Le soutien à l'achat de véhicules de faible cylindrée a été prolongé jusqu'en décembre 2010.


Ancre retour

 
Politique de soutien élargie pour l'achat de véhicules propres

Au delà de la politique de soutien des achats de véhicules, le gouvernement chinois compte donner un nouveau souffle à sa politique de soutien en faveur de l'acquisition de "véhicules verts" (électriques, hybrides ou équipés de pile à combustible)

Une première expérience, menée auprès des 13 métropoles, visait à promouvoir l'achat de véhicules propres pour renouveler les flottes de transport public (compagnies de taxis, services postaux et sanitaires). En 2010, elle sera élargie à 7 autres métropoles.

Par ailleurs, 5 métropoles ont été sélectionnées par le gouvernement chinois pour expérimenter une politique de subvention pour l'achat de véhicules verts auprès d'acteurs privés. L'objectif du gouvernement chinois est de compenser l'écart de prix entre véhicules à motorisation thermique et véhicules dits propres: la subvention peut s'élever à 60.000€ environ (600.000 yuans) pour l'achat de bus commerciaux équipés de motorisation alimentée par une pile à combustible.


Ancre retour

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.