Suzuki, dixième marque du groupe Volkswagen

11/12/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Après la prise de participation du groupe PSA au sein de Mitsubishi Motors, c'est au tour de Volkswagen de s'allier avec un constructeur japonais: Suzuki.

Cette opération est étonnante sur deux points: VW vient juste d'intégrer une 11ème marque à son arc, Porsche, et le groupe VW est parmi les mieux positionnés en Asie, et notamment en Chine.

Néanmoins cette alliance ouvre pour VW un accès au très dynamique marché indien: Suzuki s'est bâti en Inde une position de leader d'un marché en forte croissance. VW compte, grâce à cette prise de participation, prendre pied sur le marché des mini-véhicules, segment en forte croissance sur lequel les marques du groupe sont peu présentes et moins pertinentes que le constructeur japonais.

Pour Suzuki, cette alliance permet de s'appuyer sur un nouveau partenaire, pour préparer l'avenir. GM a mis fin à ses partenariats sur les technologies propres avec le groupe japonais au cours de la crise.

Les chiffres:

  • VW acquiert 19.9% de Suzuki Motors contre 1.7 milliards d'€, et Suzuki s'est engagé à prendre jusqu'à 2.5% du capital de son nouvel allié (soit environ 850 millions d'€).
  • Suzuki détient 40% de parts de marché en Inde, et a pour objectif de commercialiser 2.3 millions de véhicules en 2010. VW compte écouler 6.2 millions de véhicules.

 

A lire également

2017 : Le GNV, Gaz Naturel pour Véhicules, passe la première !

Le 19/01/2018

2017 a vu de belles annonces. Nombres de signaux démontrent un engouement des entreprises et transporteurs pour la solution GNV, Gaz Naturel pour Véhicules. La structuration de cette filière progresse en France. Petite rétrospective.

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.