IAA. Bio : le consommateur paye...

09/12/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le marché bio décolle enfin avec une croissance établie à + 25 % en 2008 et des perspectives de +8 % à +10 % par an jusqu'en 2012. Cette hausse est particulièrement dopée par les MDD qui étoffent régulièrement leur offre.

Le différentiel de prix couramment relayé est de + 25 à + 30 % par rapport au non bio. Dans une enquête sur plus de 600 produits dans les quatre grandes enseignes particulièrement impliquées dans le bio (Leclerc, Carrefour, Intermarché et Géant Casino), Linéaires établit l'écart à + 72 % en moyenne. La crèmerie est mieux positionnée avec un surcoût a + 57 % contre la charcuterie bio a + 95 % en moyenne.

De tels écarts sont-ils pleinement justifiés et qui profite du surcoût ?

Trois raisons majeures peuvent être identifiées. Tout d'abord, il existe un surcoût structurel lié au mode de production en lui-même. Vient ensuite la transformation qui engendre des contraintes spécifiques avec des économies d'échelle plus difficiles à faire compte tenu des plus faibles volumes. Enfin, la demande ayant progressé plus vite que l'offre ces dernières années, les prix sont tirés vers le haut avec moins possibilités de négociation pour les acheteurs. Toutefois, quelques soient les raisons objectives évoquées, il n'en demeure pas moins que les marges sont plus confortables à tous les stades de la filière : production, transformation et distribution.

Décryptage : Même si le bio est en forte croissance, il continue de s'adresser à une clientèle plutôt urbaine, âgée et CSP+ prête à financer un surcoût quelques fois exorbitant. Deux positionnements s'offrent aux marques :

  • Profiter d'une augmentation toujours plus forte de la demande en rognant un peu leurs marges pour doper les volumes. Encore faut-il que la conversion des agriculteurs à la production bio s'accélère.
  • Maintenir un positionnement élevé et préserver les marges en intégrant davantage de facettes de développement durable dans l'offre(bilan carbone, énergies renouvelables, production locale...) qui semblent prendre le pas sur le bio simple.
Sources

"72 % + cher : le vrai prix du bio", Linéaires, novembre 2009.

Auteur Catherine Miniot, CCI Ille et Vilaine

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...