Electromobilité : Le département des Yvelines s'engage

26/11/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Fort de la présence de 2 sites d'assemblage (Renault et PSA), les Yvelines souhaitent jouer un rôle international dans le développement du véhicule électrique. Après l'annonce de Renault et le soutien de l'Etat, le département présente un plan de soutien important pour accompagner la filière automobile dans sa mutation.


 
Les Yvelines, poids lourd de la filière automobile

Les Yvelines est le premier département français industriel, grâce au secteur de l’automobile qui représente à lui seul 35 000 emplois. Plusieurs usines d’assemblage y sont présentes : Flin (Renault), Poissy (PSA). Mais surtout ce département accueille des centres de R&D importants comme le technocentre de Renault à Boulogne Billancourt, ou celui de PSA à Vélizy. Le département compte de nombreux centres de recherche dédiés à l'automobile (Inria, Cnam…). Par ailleurs le pôle de compétitivité Mové’o y est également implanté via Movéotec (à Satory).
Pour compléter ce tableau, nous pouvons signaler que de nombreuses marques étrangères y ont implanté leur siège social : BMW, Fiat, Ford…
Enfin nous pouvons ajouter comme autre atout la proximité du département de Val d’Oise qui a également prévu des mesures de soutien pour accompagner sa filière automobile.


Ancre retour

 
Une aide de 346 millions d'euros
Il est intéressant de noter que la priorité de ce plan est le soutien des stratégies industrielles dites d’avenir, notamment celles destinées à développer la production de véhicules spécifiques (véhicules électriques, petites séries…)
Les 2 autres axes du plan de soutien concernent d’une part le développement d’un cluster R&D, et d’autre part à favoriser l’optimisation des centres tertiaires des entreprises présentes sur le département (regroupement de services…).

Ancre retour

 
Flins : Pôle électrique de Renault

Renault a choisi son site de Flins pour fabriquer les batteries qui alimenteront ses véhicules électriques dont la Zoe ZE. Ce véhicule sera d'ailleurs assemblé sur ce même site. A noter que Renault a également annoncé que le recyclage des batteries sera effectué à Flins.
La phase test de production en petite série sera assurée par la plateforme STEEVE (STockage d'Énergie Électrochimique pour Véhicules Électriques du CEA) située à Grenoble, où l’État a investi 7,5 millions d’Euros. L'objectif de Flins est de pouvoir fabriquer 250 000 batteries/an à partir de 2015.

Ce projet est largement soutenu par l’État, par le biais du FSI, qui a annoncé qu’il aiderait Renault-Flins à hauteur de 125 millions d’euros pour l’usine de batteries et prêtera 150 millions d’euros pour la voiture électrique.

Le Conseil Général profite du projet de Renault pour annoncer la mise en place de la Vallée de l’Automobile et de la Mobilité Durable (VAMD).
En effet, dans le cadre de son plan de soutien à la filière, 107 millions d’€ seront consacrés à la création d’un pôle technologique « Vallée de l’Automobile et de la Mobilité »  pour faire du département, un centre incontournable de l’électromobilité.


Ancre retour

 
Faire émerger des nouveaux concepts de véhicules urbains

Le département vient de voter un budget de 3 millions d’€ pour une subvention visant à faire émerger un nouveau concept de véhicule urbain propre. Les candidats ont jusqu’au 4 décembre pour déposer leur projet. Ce programme est réalisé en partenariat avec Mové’o.

Rappelons également l’existence du projet Mooveco, porté par 6 entreprises du département voisin (Val d’Oise) qui a pour objectif la mise sur le marché d’un nouveau type de véhicule électrique, en y associant de nouveaux services d’auto-partage ou de co-voiturage.
Le projet est soutenu par la Région et le Conseil Général du Val d’Oise à travers la mission Mécatronique. Il devrait être prochainement labellisé par le pôle Mové’o.


Ancre retour

 
Un territoire d'avenir
Le département des Yvelines ne pouvait rester à l’écart du développement de l’électromobilité et son corollaire la course au véhicule électrique.
C’est chose faite avec une aide massive de l’état, l’investissement d’un constructeur (Renault) qui mise sur le véhicule électrique et la présence importante de centres de R&D, les Yvelines ont de sérieux atouts pour devenir un territoire européen d’excellence dans ce domaine. Pour les autres territoires qui souhaitent également jouer un rôle dans le développement du véhicule électrique, il faudra compter avec les projets de la Région Ile de France et trouver un axe différentiateur pour pouvoir espérer tirer "son épingle du jeu".

Ancre retour

A lire également

A l’aube d’une révolution des industries de la mobilité ?

Le 30/06/2017

Depuis 2008, l’industrie automobile dans son ensemble a été traversée par une tectonique qui a redessinée la carte des acteurs.Themavision Véhicules & Mobilités est né du constat de ces premiers mouvements au sein de l’industrie automobile et d’une anticipation volontariste des recompositions à venir …

La place de la voiture demain : l'équilibre difficile du secteur automobile

Le 09/06/2017

Comment concilier des objectifs économiques et des objectifs écologiques sans faire de compromis ? L'institut Montaigne a publié ce mois-ci un rapport intitulé "Quelle place pour la voiture demain ?" et fait 10 propositions pour répondre à ces questions. Voici notre synthèse de la synthèse :-)

Dossier InOut 2018 - le meilleur des mobilités numériques

Le 02/06/2017

Rennes Métropole organise en 2018 un événement économique international qui rassemblera les professionnels du numérique et de la mobilité, et les usagers. Tous vivront l’expérience inédite d’inventer et de tester les mobilités de demain. Nous avons décidé de vous partager dans ce dossier permanent les éléments marquant de InOut 2018.