Un plan de 3, 3 Mrd€ d’amélioration de la marge du groupe PSA

17/11/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

 

Philippe VARIN, président du directoire de PSA, a présenté jeudi dernier un plan d’amélioration de la marge opérationnelle du groupe sur la période 2010-2012. L’objectif est de rejoindre le TOP 5 des meilleurs constructeurs (Volkswagen, Honda, Hyundai, Daimler et Fiat en 2008). Depuis 8 ans, PSA se situe en effet 6 points derrière le TOP 5 en marge opérationnelle.

Philippe Varin a réparti le « plan de performance » en 2 axes principaux :
  • Améliorer la "dynamique commerciale mondiale" : 45 % du plan, dont 30 % pour les ventes en Europe et 15 %  pour les ventes dans les pays émergents (Chine, Amérique Latine et Russie) 
  • La baisse des coûts de développement et des coûts de production : 55 % du plan


Pour améliorer ses parts de marché dans ces zones géographiques, le groupe compte sur son plan produit (déploiement de la gamme premium DS, renouvellement des gammes existantes), sur l’amélioration de ses parts de marché B to B (de 14% en 2009 à 18 % en 2012) et sur l’accroissement de la vente de services (extension de garantie, maintenance, assurance, offre de mobilité Mu by...). L'objectif est de passer de 300 000 contrats de service actuellement à 500 000 en 2012.


Concernant les coûts de production, Philippe VARIN a annoncé un objectif d’amélioration du taux d’utilisation des capacités de production de 81% à 105% (calculé sur 235 jours et 16 heures/jour) en poursuivant les programmes de réduction des surfaces exploitées (réduction des capacités en cours à Rennes et Aulnay, réduction de 20% des superficies à Poissy et Mulhouse). L’objectif global est d’améliorer de 20% la productivité des sites sur l’indicateur temps total passé par véhicule. Pour améliorer la productivité, Philippe VARIN a en outre annoncé un objectif de réduction de 30% de la diversité technique des véhicules.

Enfin, concernant la baisse des coûts de développement, Philippe VARIN souhaite faire passer le taux de reconduction des composants dans les véhicules de 30 % à 50% et augmenter la part des 15 fournisseurs stratégiques dans les achats : ceux-ci représenteront en 2012 50 % des achats contre 25% aujourd’hui.

 

Le plan de productivité se traduira pour les sites de production Français par la suppression de 6000 personnes (soit 10% des effectifs via des départs naturels) d'ici 2012 et par la réduction de leur capacité de production mais également par l'accélération de la restructuration de la filière autour de sous traitants de rang 1 moins nombreux et plus gros.

A lire également

A l’aube d’une révolution des industries de la mobilité ?

Le 30/06/2017

Depuis 2008, l’industrie automobile dans son ensemble a été traversée par une tectonique qui a redessinée la carte des acteurs.Themavision Véhicules & Mobilités est né du constat de ces premiers mouvements au sein de l’industrie automobile et d’une anticipation volontariste des recompositions à venir …

La place de la voiture demain : l'équilibre difficile du secteur automobile

Le 09/06/2017

Comment concilier des objectifs économiques et des objectifs écologiques sans faire de compromis ? L'institut Montaigne a publié ce mois-ci un rapport intitulé "Quelle place pour la voiture demain ?" et fait 10 propositions pour répondre à ces questions. Voici notre synthèse de la synthèse :-)

Dossier InOut 2018 - le meilleur des mobilités numériques

Le 02/06/2017

Rennes Métropole organise en 2018 un événement économique international qui rassemblera les professionnels du numérique et de la mobilité, et les usagers. Tous vivront l’expérience inédite d’inventer et de tester les mobilités de demain. Nous avons décidé de vous partager dans ce dossier permanent les éléments marquant de InOut 2018.