Distribution. Le bio continue de se démocratiser.

05/10/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Selon l'Agence Bio, le marché du bio poursuit sa croissance dans tous les circuits de distribution. Mais c'est dans les GMS que les ventes explosent avec un chiffre d'affaires en hausse de près de + 40 % entre 2007 et 2008. Cette forme de distribution a contribué en effet à permettre à plus d'acheteurs d'accéder aux produits bio. De grandes marques attaquent ce marché avec des volumes conséquents permettant de réduire le prix de vente, à l'image de Knorr et ses soupes Bio vendues à moins de 3 € le litre. Le fabricant réalise son sourcing au niveau européen essentiellement. En effet la France, malgré un décollage évident de la production, ne peut à elle seule satisfaire la demande intérieure.

 

Décryptage : Malgré ses bonnes intentions, le consommateur reste freiné à l'achat de produits bio par le facteur prix. Certes les circuits spécialisés affichent au total un chiffre d'affaires en hausse mais qu'il serait intéressant de pouvoir comparer à périmètre constant car les points de vente et les réseaux se multiplient et s'étendent. Preuve en est le nombre encore croissant de distributeurs bio certifiés en agriculture biologique (+ 1000 entre 2007 et 2008)

Avec l'arrivée de grands acteurs sur le marché du bio - marques nationales et MDD - la production française s'en trouve stimulée, notamment au niveau des céréales, des légumes frais, des vins et des poulets de chair. Le nombre d'exploitations en conversion progresse de plus de 36 %, ce qui devrait permettre de mieux répondre à la demande intérieure à moyen terme. Le critère origine est en effet un élément déterminant dans l'acte d'achat des consommateurs, conscients de l'impact écologique négatif de produits bio importés d'Europe et d'ailleurs.

Le nombre de préparateurs bio certifiés AB, après un bond phénoménal en 2005, tend à se stabiliser. Les nouveaux entrants se font plus rares. Par contre, chaque acteur positionné sur ce marché élargit ses gammes, valorise son offre et multiplie ses circuits de distribution.

 

Sources

Dossier Filière Bio, Arômes, Ingrédients, Additifs, septembre-octobre 2009. Dossier de presse Agence Bio, septembre 2009.

Auteur Nadège Clapham, CCI Rennes

A lire également

Pertes et gaspillages alimentaires : point à date et enjeux

Le 12/12/2016

Selon une étude réalisée pour l’ADEME, les pertes et gaspillages alimentaires générés tout au long de la chaîne alimentaire, sont estimés à 10 millions de tonnes par an. Transformateurs et distributeurs s’engagent. Pistes de réflexion.

L'identité bretonne : entre le bio, le mélange des genres, le fun et décalé…

Le 06/12/2016

La Bretagne est particulièrement dynamique en matière d'innovation agroalimentaire et demeure une véritable vitrine internationale. En misant sur la naturalité, le terroir, les entreprises "made in Bretagne" répondent aux attentes évolutives et montrent le dynamisme du secteur en matière d’innovation et d’adaptation.

Waitrose packaging en déchets alimentaires

Des déchets alimentaires pour faire des packagings alimentaires : la boucle est bouclée !

Le 10/10/2016

En Grande Bretagne, l’enseigne de distribution Waitrose vient de lancer deux références de pâtes alimentaires dans des packagings réalisés à partir de déchets de production de ces mêmes pâtes.