Distribution. Le bio continue de se démocratiser.

05/10/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Selon l'Agence Bio, le marché du bio poursuit sa croissance dans tous les circuits de distribution. Mais c'est dans les GMS que les ventes explosent avec un chiffre d'affaires en hausse de près de + 40 % entre 2007 et 2008. Cette forme de distribution a contribué en effet à permettre à plus d'acheteurs d'accéder aux produits bio. De grandes marques attaquent ce marché avec des volumes conséquents permettant de réduire le prix de vente, à l'image de Knorr et ses soupes Bio vendues à moins de 3 € le litre. Le fabricant réalise son sourcing au niveau européen essentiellement. En effet la France, malgré un décollage évident de la production, ne peut à elle seule satisfaire la demande intérieure.

 

Décryptage : Malgré ses bonnes intentions, le consommateur reste freiné à l'achat de produits bio par le facteur prix. Certes les circuits spécialisés affichent au total un chiffre d'affaires en hausse mais qu'il serait intéressant de pouvoir comparer à périmètre constant car les points de vente et les réseaux se multiplient et s'étendent. Preuve en est le nombre encore croissant de distributeurs bio certifiés en agriculture biologique (+ 1000 entre 2007 et 2008)

Avec l'arrivée de grands acteurs sur le marché du bio - marques nationales et MDD - la production française s'en trouve stimulée, notamment au niveau des céréales, des légumes frais, des vins et des poulets de chair. Le nombre d'exploitations en conversion progresse de plus de 36 %, ce qui devrait permettre de mieux répondre à la demande intérieure à moyen terme. Le critère origine est en effet un élément déterminant dans l'acte d'achat des consommateurs, conscients de l'impact écologique négatif de produits bio importés d'Europe et d'ailleurs.

Le nombre de préparateurs bio certifiés AB, après un bond phénoménal en 2005, tend à se stabiliser. Les nouveaux entrants se font plus rares. Par contre, chaque acteur positionné sur ce marché élargit ses gammes, valorise son offre et multiplie ses circuits de distribution.

 

Sources

Dossier Filière Bio, Arômes, Ingrédients, Additifs, septembre-octobre 2009. Dossier de presse Agence Bio, septembre 2009.

Auteur Nadège Clapham, CCI Rennes

A lire également

Le "sans traitements", une réponse alternative à mi-chemin entre le conventionnel et le bio. Démarche opportuniste ou durable ?

Le 24/05/2017

A mi chemin entre le bio et le conventionnel, l’arrivée d’une voie "sans traitement" semble représenter une réponse aux consommateurs alternatifs, pas encore bio-convertis… Cette nouvelle filière saura-t-elle néanmoins séduire durablement les influentes générations Y et Z, dites "sans concessions" à l'égard de leur responsabilité sociétale ?
[...]

Chiffres clefs 2016 de la consommation de produits biologiques en France

Le 22/03/2017

L’Agence BIO avec l'appui du CSA vient de publier son baromètre 2017 de consommation et de perception des produits biologiques en France. Principaux enseignements...

Le flexitarisme, un nouveau positionnement marketing ?

Le 06/03/2017

On assiste au développement de certaines craintes quant à l'impact sur la santé d'une consommation excessive de viande. Dans un même temps, les préoccupations éthiques, environnementales et budgétaires sont grandissantes. Place au flexitarisme qui s'affirme même dans le nom des produits, avec des accents tantôt fun, tantôt gourmands.