Le Plan Véhicules Electriques du gouvernement

01/10/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le gouvernement a présenté c son plan national pour le développement des véhicules électriques.

Principaux axes du plan :

1) Les batteries. Objectif: Créer une filière française des batteries Lithium-Ion, allant de la recherche à la production.

  • "100 000 batteries en 2012, 350 000 en 2015 " qui sera notamment possible grâce à une nouvelle usine Renault employant 300 personnes à Flins en 2012.
  • Financement: le projet, qui coûtera 600 millions d'euros sera financé à hauteur de 125 millions par le fonds stratégique d'investissement (FSI).
  • Acteurs mobilisés : Renault, Nissan, le Commissariat à l'énergie atomique (CEA), et l'Etat via le FSI .
2) Les réseaux: Objectif: déployer des infrastructures encore inexistantes
  • "4,4 millions de prises en 2020", avec 2 millions de véhicules électriques estimés sur le territoire français en 2020. Sur ces 4,4 millions de prises, la moitié seraient installées chez les particuliers car on estime également que 95 % des charges seraient effectuées à domicile et au bureau. Ensuite, deux millions seraient présentes dans les entreprises et les commerces. Enfin, 400 000 prises seront réparties sur la voirie et dans les parkings publics. Leur emplacement sera de la décision des communes.
  • Financement: 1,5 milliard d'euros apportés par l'Etat et les collectivités - dont 900 millions pourraient être directement issus du grand emprunt. L'Allemagne et la France partageront le même standard de prise électrique.
  • "1,5 milliard d'euros consacré aux infrastructures publiques" pour l'installation des bornes d'alimentation et les travaux de raccordement au réseau électrique. 750 millions d'euros seraient réservés aux raccordements dont 145 millions en 2015. Les travaux d'acheminement de l'électricité aux bornes et d'agrandissement du réseau seraient piloté par ErDF.
  • Installation des bornes : 75000 bornes seront installées dans un an par ErDF, la filiale de distribution d'EDF. Ensuite, un appel d'offres sera lancé en 2010 pour l'ouvrir à d'autres acteurs. Au final, ce seront 400.000 bornes qui mailleront le territoire national, dans les rues ou les parkings souterrains. Il faudrait à terme, selon Jean-Louis Borloo 2,5 bornes de recharge par voiture électrique en circulation.
3) Prime à l'achat:
  • "Un bonus de 5 000 euros au maximum " à destination des véhicules (utilitaires compris) émettant moins de 60 grammes de CO2. Cette prime sera effective jusqu'en 2012. On estime qu'elle concernerait 100 000 véhicules pour une dépense de 470 millions d'euros.
4) L'Etat exemplaire
  • "5 000 véhicules" pour 120 millions d'euros pour l'Etat , jusqu'à 14 000 pour les collectivités, la Poste en commanderait 10 000. D'autres acteurs pourraient également franchir le pas comme les Aéroports de Paris, Air France, Areva, Bouygues, Darty, EDF, Eiffage, France Télécom, GDF Suez, la RATP, la SNCF, Spie, Veolia et Vinci.

A lire également

Voiture connectée : ZOOM sur Intel et le rachat de Mobileye

Le 17/03/2017

La voiture connectée ou voiture semi-autonome est le fruit de la collaboration des équipementiers, des compagnies de cartographie, du constructeur. Qui a ou aura le pouvoir ? Qui sera l'acteur central de ce marché ? Regardons l'impact du rachat de Mobileye par Intel dans l'environnement de la voiture connectée.

Voiture connectée : qui gagnera la bataille ? Cartographie ? ADAS ? Constructeurs ? - ZOOM sur Mobileye & HERE

Le 10/03/2017

La voiture connectée ou voiture semi-autonome est le fruit de la collaboration des équipementiers, des compagnies de cartographie, du constructeur. Qui a ou aura le pouvoir ? Qui sera l'acteur central de ce marché ? Regardons les liens tissés par Here, pour la cartographie, et Mobileye, pour la capture de l'environnement du véhicule.

Décret - Véhicules à faibles et très faibles émissions : Quels véhicules sont concernés ? Où ? Quand ?

Le 23/02/2017

La législation française en matière de définition des véhicules propres évolue dans le cadre d'une procédure voulue plus transparente. Après une consultation publique par le Ministère de l'Environnement (MEEM), les décrets qui définissent les véhicules à faibles et à très faibles émissions sont sortis.