Distribution. Le ramadan et le halal, des opportunités commerciales.

16/09/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Après le nouvel an chinois, c'est au tour du ramadan de mobiliser les distributeurs. Au delà d'une opération événementielle lucrative, les enseignes espèrent fidéliser les consommateurs de halal sur le long terme. Depuis le début des années 2000, elles étoffent leurs gammes. Dans certains magasins, les ventes de produits halal dépassent allègrement les 5% du chiffre d'affaires total. Le potentiel de progression reste néanmoins important puisque 95 % des consommateurs de halal préfèrent encore s'approvisionner dans des commerces de proximité...

 

Décryptage : Avec les nouvelles générations de consommateurs musulmans, les enseignes entendent transformer un marché de niche en marché porteur. En effet, les jeunes préfèrent se rendre dans les grandes surfaces et profiter des moyens modernes de paiement que n'offrent pas ou peu les épiceries de quartier. Ils recherchent des produits pratiques, adaptés à leur mode de vie, ainsi que des produits marketés. Les distributeurs demeurent cependant prudents en adoptant des noms de marque relativement neutres, sans connotation trop marquée. Exemple : "saveurs d'orient", "sur la route des épices". Histoire de recruter aussi des consommateurs non musulmans, attirés par l'exotisme des recettes...

Sources

"Le ramadan, un nouveau marché pour la grande distribution", Le Monde, 21 août 2009.

Auteur Nadège Clapham, CCI Rennes

A lire également

Anti-gaspi : les crackers Résurrection valorisent les drêches de brasserie

Le 13/04/2018

Transformer un déchet en ressource, telle est l'idée de Nathalie Golliet et Marie Kerouedan. Après avoir créé en 2015 Re(f)use, une structure visant à valoriser les déchets culinaires, ces deux passionnées lancent, dans un esprit de développement durable les crackers Résurrection issus des drêches de brasseries.

"Nous, épiceries anti-gaspi", prochaine ouverture à Rennes !

Le 29/03/2018

Face à l'engouement pour la lutte contre le gaspillage alimentaire, les initiatives se multiplient. Deux entrepreneurs engagés, Vincent Justin et Charles Lottmann, lancent un nouveau circuit de distribution permettant aux fournisseurs de vendre leurs produits déclassés et invendus dans l'enseigne "Nous".

Sans pesticide, sans insecticide, zéro résidu ou sans traitement après récolte... A chacun sa promesse.

Le 15/03/2018

Les pesticides occupent aujourd'hui une large place dans les débats… Encouragées par les considérations des consommateurs toujours plus inquiets et une actualité qui renforce la défiance, les filières ont déjà pris les devants. Pommes de terre, tomates et autres fruits et légumes font le choix de logos impactants pour se différencier en linéaire.