Distribution. Le ramadan et le halal, des opportunités commerciales.

16/09/2009

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Après le nouvel an chinois, c'est au tour du ramadan de mobiliser les distributeurs. Au delà d'une opération événementielle lucrative, les enseignes espèrent fidéliser les consommateurs de halal sur le long terme. Depuis le début des années 2000, elles étoffent leurs gammes. Dans certains magasins, les ventes de produits halal dépassent allègrement les 5% du chiffre d'affaires total. Le potentiel de progression reste néanmoins important puisque 95 % des consommateurs de halal préfèrent encore s'approvisionner dans des commerces de proximité...

 

Décryptage : Avec les nouvelles générations de consommateurs musulmans, les enseignes entendent transformer un marché de niche en marché porteur. En effet, les jeunes préfèrent se rendre dans les grandes surfaces et profiter des moyens modernes de paiement que n'offrent pas ou peu les épiceries de quartier. Ils recherchent des produits pratiques, adaptés à leur mode de vie, ainsi que des produits marketés. Les distributeurs demeurent cependant prudents en adoptant des noms de marque relativement neutres, sans connotation trop marquée. Exemple : "saveurs d'orient", "sur la route des épices". Histoire de recruter aussi des consommateurs non musulmans, attirés par l'exotisme des recettes...

Sources

"Le ramadan, un nouveau marché pour la grande distribution", Le Monde, 21 août 2009.

Auteur Nadège Clapham, CCI Rennes

A lire également

Biodéchets : des ressources alimentaires en or !

Le 26/07/2017

La valorisation des biodéchets, enjeu environnemental conséquent et reflet d'une prise de conscience sociétale, est devenue une tendance de fond aujourd'hui. Les déchets organiques représentent environ 40 % de la totalité des résidus. Des starts-up aux acteurs de la restauration, certains ont décidé de profiter de ce nouveau potentiel.

Le "sans traitements", une réponse alternative à mi-chemin entre le conventionnel et le bio. Démarche opportuniste ou durable ?

Le 24/05/2017

A mi chemin entre le bio et le conventionnel, l’arrivée d’une voie "sans traitement" semble représenter une réponse aux consommateurs alternatifs, pas encore bio-convertis… Cette nouvelle filière saura-t-elle néanmoins séduire durablement les influentes générations Y et Z, dites "sans concessions" à l'égard de leur responsabilité sociétale ?
[...]

Chiffres clefs 2016 de la consommation de produits biologiques en France

Le 22/03/2017

L’Agence BIO avec l'appui du CSA vient de publier son baromètre 2017 de consommation et de perception des produits biologiques en France. Principaux enseignements...